Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami

2, rue St Gilles 44210 PORNIC
 
Vign_Gaultier_Bes_nos_limites

Nos limites :

Pour une écologie intégrale : Dans ce court texte, brillant et visionnaire, deux des principaux initiateurs du mouvement des Veilleurs lancent un appel brûlant à un sursaut de la conscience, ce même sursaut qui conduisit Antigone à enterrer son frère Polynice contre les ordres de Créon.

Un texte essentiel, samizdat de notre temps, pour découvrir la figure de résistance qui se lève, fondée sur la transmission d'une culture, la non-violence et la bienveillance, mais jamais résignée, car on ne se résigne pas à l'injustice.

 
Vign_Tugdual_derville_le_temps

Le temps de l'homme, pour une évolution de l'écologie humaine :

L'avenir de l'homme est la grande question de notre temps. Fragilisée par cinquante ans de déconstruction libertaire, l'humanité va t'en-elle s'engouffrer dans la promesse du transhumanisme, de l'homme sans limite, unisexe, invulnérable et immortel ? C'est le nouveau fantasme totalitaire. Le défi du millénaire.
Pour Tugdual Derville, il est temps pour l'homme de préserver sa liberté d'une dissolution dans l'absolutisme technologique, la vacuité consumériste et le déni de ses repères culturels et naturels.

 
Vign_Pierrre-Yves_Gomez_La_liberte

La liberté nous écoute :

Le mouvement social autour de la loi Taubira en France a révélé une nouvelle exigence de liberté susceptible de renouveler la société.

L’auteur dessine ici les contours de l’« écologie humaine » au service de tout l’homme et de tous les hommes.

Une analyse lumineuse pour comprendre les transformations sociétales en cours.

 
Vign_Eric_Letty_resistances_au_monde_meilleur

En 1932, l écrivain britannique Aldous Huxley publie Le meilleur des mondes.

Il y décrit un État mondial administrant une société eugéniste idéale, sans violence, entièrement reconfigurée par la science, la technique et des mœurs nouvelles : la famille n existe plus, la maternité est taboue, les enfants sont créés en laboratoire, développés par ectogénèse dans des flacons et conditionnés dès le plus jeune âge ; la sexualité n est plus procréative, mais uniquement tournée vers le plaisir ; les sentiments amoureux et la fidélité n ont plus cours.

Nous voici plongés dans la société utopique par excellence. Près d un siècle plus tard, ce qui relevait de la science-fiction est devenu réalité. N assiste-t-on pas, en effet, à une révolution insidieuse de la culture et des mœurs, notamment familiales ? Fruit d un progressisme scientifique à outrance, cette révolution, promue par des institutions internationales, défendue bec et ongles par toutes sortes d idéologies de « déconstruction » et de puissances d argent aveugles, cette révolution porte en germe l homme nouveau imaginé par Huxley.

Résister au « meilleur des mondes » est un combat d actualité. D une certaine manière, le vaste mouvement populaire qui s est levé contre la loi Taubira, la PMA et la GPA, dans le sillage de la Manif pour tous, constitue un acte fondateur de résistance à l avènement d une nouvelle utopie totalitaire

 
Vign_Mathieu_Detchesseahar_le_marche

Le marché n'a pas de morale, ou l'impossible société marchande:

Il n'y a pas de fatalité au pouvoir de l'économie sur nos vies. Mais il ne suffit pas de s'en indigner ou de s'en atterrer.

Encore faut-il changer de paradigme. C'est à cette révolution qu'invite le pape François. C'est cette transformation que propose la pensée sociale de l'Église. 

À l'heure où les mirages du marché tournent aux cauchemars de l'inégalité et où la finance prend le pas sur la décence, cet essai vif et flamboyant contre le libéralisme effréné montre que les altermondialistes les plus radicaux sont peut-être bien catholiques.

 
Vign_40_propositions_Manif
 
RapportFamille.pdf (600,98 Ko)
Télécharger le dossier
 
Vign_40_propositions

LES DIX PRINCIPES ISSUS DU GRENELLE DE LA FAMILLE


  • N°1 « La famille, socle naturel et fondamental de la société, est une communauté autonome
    et responsable. Elle doit être reconnue, protégée et soutenue. »
  • N°2 « Le mariage doit être protégé par la nation et défini comme l’engagement public
    durable que prennent librement un homme et une femme l’un envers l’autre pour s’aimer,
    fonder une famille et éduquer leurs enfants. »
  • N°3 « Tout enfant est né d’un homme et d’une femme. Il a le droit d’être élevé par son
    père et sa mère ou, s’il est privé de sa famille d’origine, par un père et une mère adoptifs.
    L’Etat ne peut en aucun cas priver délibérément un enfant de ce droit ».
  • N°4 « L’enfant n’étant la propriété de personne, il ne peut être l’objet d’aucun don, ni
    avant, ni après sa conception. La grossesse ne peut être l’objet d’aucun contrat. L’Etat combat
    toute atteinte portée à ce double principe aussi bien sur son territoire que dans le cadre
    de sa politique étrangère. »
  • N°5 « Il appartient au père et à la mère de déterminer et de choisir l’éducation de leurs
    enfants. L’Etat ne peut remettre en question ce droit. »
  • N°6 « L’Etat contribue au bien commun et à la pérennité de la société par une politique de
    la famille universelle. Celle-ci doit favorise le renouvellement des générations et la solidarité
    entre elles ; elle permet l’accueil et l’éducation de l’enfant par son père et sa mère. »
  • N°7 « L’impôt sur le revenu est payé par le foyer fiscal dans le respect et en fonction de
    sa capacité contributive, qui se traduit dans le quotient familial ».
  • N°8 « En éduquant leurs enfants, les parents rendent à la communauté nationale un
    service qui doit être reconnu ».
  • N°9 « En vertu du principe de subsidiarité, l’Etat encourage les initiatives de la société civile
    au bénéfice de la famille. Il s’appuie sur les associations familiales pour toutes décisions
    qui concernent la famille ainsi que sur les autres corps intermédiaires. »

  • N°10 « Parents et enfants se doivent mutuellement respect, solidarité, secours et assistance.
    La politique de la famille donne les moyens aux parents et aux enfants de respecter
    ce principe. »
 
Vign_famille_je_vous_aime

LA MANIF POUR TOUS FÊTE SES 4 ANS
avec la publication de « Familles je vous aime »

A l’occasion du 4e anniversaire de la naissance du grand mouvement social de défense de la famille, du mariage, de la filiation et des droits de l’enfant,

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, publie « Familles je vous aime ».

« Je vous écris à vous, responsables politiques, et à vous, familles de France » :

c’est par ces mots que s’ouvre ce manifeste pour la famille.

Cet essai alterne récit, réflexions, propositions et interpellations des politiques et des familles.

L’auteur aborde sans tabou les raisons de son « entrée en politique par effraction », la mobilisation de centaines de milliers de Français, les difficultés rencontrées – des tentatives d’intimidation et dénis de démocratie jusqu’au chantage exercé par des groupuscules – et les victoires historiques obtenues par cet « ovni citoyen » qu’est La Manif Pour Tous. Né en opposition au projet de mariage et d’adoption pour les couples de même sexe, ce mouvement social s’est progressivement enraciné au fil des ans et affiche

Accèder au site de La Manif Pour Tous

 
Vign_baisse

HOLLANDE DONNE DES GAGES À LA COMMUNAUTÉ HOMOSEXUELLE

Le chef de l’État a reçu jeudi à l’Élysée les associations LGBT. Il a émis des « avis favorables » à certaines de leurs requêtes. 

En savoir plus

 

POUR HOLLANDE, UNE BAISSE D'IMPÔTS DE 2 MILLIARDS EN 2017 EST «POSSIBLE»

Dans une interview au journal Les Échos, le président de la République souhaite baisser l'impôt sur les revenus des ménages l'année prochaine. Il table sur une croissance d'1,7% en 2017.

Impôts, loi travail, Europe: dans une interview accordée au journal Les Echos, François Hollande est revenu sur une actualité chargée en France et à l'international

 
Vign_Gregor

Présentation

Cet ouvrage étudie l’avortement sous divers aspects, parfois inédits, et vise à fournir les bases conceptuelles et juridiques à une politique de prévention de l’avortement. Il ne s’agit pas d’un plaidoyer opposant un « droit à l’avortement » de la mère au « droit à la vie » de l’enfant : cette dramatique dialectique entre liberté individuelle et dignité humaine est une impasse. La liberté et la dignité ne sont que trop souvent des mots, voire de simples slogans, qui recouvrent et dissimulent des réalités humaines sans les saisir pleinement.

Ce livre se veut réaliste et se fonde sur une étude factuelle approfondie des causes et des conséquences de l’avortement. Celles-ci incitent à considérer l’avortement non pas comme une liberté abstraite, mais bien plus comme un problème social et de santé publique, exigeant une politique de prévention. Une telle politique était d’ailleurs voulue par Simone Veil qui refusait tout droit à l’avortement et n’entendait en tolérer la pratique que comme un moindre mal.

C’est aussi et encore l’approche du droit international et du droit européen, l’un et l’autre offrant un support juridique solide à une politique de prévention, et même à un « droit de ne pas avorter ».

 
Vign_generation_Taubira
 
Vign_APPEL_PRO
 
Vign_Parents_adoptants
 
Vign_Tous_pour_le_mariage
 
Vign_Cosette
 
Vign_cdph
 
Vign_ecologie_humaine
 
Vign_famille_et_liberte
 
Vign_famille_de_france
 
Vign_Medaille
 
Vign_protestantes
 
Vign_fils_de_france
 
Vign_Ichus
 
Vign_Juriste
 
Vign_La_manif_des_juristes
 
Vign_Le_parti_du_monde
 
Vign_Les_adoptes
 
Vign_adoptes_de_france
 
Vign_enseignants
 
Vign_Gavroches
 
Vign_No_maternity
 
Vign_woman
VIGILANCE
Vign_Vigie_Gender

VIGILANCE  ! 

Les 5èmes échos du Festival du Film d’Education se dérouleront en Pays de Loire du 17 au 28 novembre 2014.

« Echos » du Festival National d’Evreux, ce festival a pour objectif la  » lutte contre toutes les formes de discrimination » aux travers de divers courts métrages et s’adresse tant aux éducateurs qu’aux jeunes.  La programmation propose notamment le court métrage «

Ce n’est pas un film de cowboys » de Benjamin Parent lors de séances à Nantes le 21, Coulaines le 22 et St Nazaire le 27 novembre.

 

 LA GPA C'EST QUOI ?

"Après la manifestation de dimanche, la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de La Rochère, a demandé mardi 7 octobre à rencontrer le Premier ministre Manuel Valls qui doit, selon elle, "faire abolir la pratique de la gestation pour autrui". "

Parce que la GPA : c'est un mauvais contrat commercial dans lequel le riche paie une pauvre femme pour son plaisir personnel.

 
 
Vign_Udaf_44

Présentation

Au service de toutes les famillesL’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales) est une institution semi-publique , présente dans chaque département de France.

La loi lui attribue des missions menées dans l’intérêt des familles : informer, défendre et représenter.L’UDAF de Loire-Atlantique est ainsi le lien entre les familles du département et les pouvoirs publics.

 
Vign_cnafc

LE DROIT FONDAMENTAL DE TOUT ETRE HUMAIN, C’EST LA VIE !

Promouvoir la Vie: Prier, Se Former, Aimer, Témoigne, Espérer !

A l’occasion des 40 ans de la loi Veil – est soumise au vote des députés une proposition de résolution « visant à réaffirmer le « droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse ».

Ce texte n’a pas de portée normative mais il exprime l’avis de l’ensemble de l’Assemblée nationale : il a donc une portée symbolique forte.

Il énonce deux contre-vérités :

L’IVG serait « un droit fondamental », ce qui est juridiquement faux car l’IVG est en réalité une dérogation au principe de « respect de l’être humain dès le commencement de sa vie » (article 16 du code civil)I

Il existerait un « droit universel des femmes à disposer de leur corps », alors que ce droit n’existe dans aucun texte national ou international.

La portée symbolique est d’autant plus forte que ce texte est signé non seulement par les présidents des groupes de la majorité de gauche, mais encore par les présidents des deux groupes de l’opposition UMP (Christian Jacob) et UDI (Philippe Vigier).Mgr Guy de Kérimel, évêque de Grenoble-Vienne et président du groupe de travail de la Conférence des Evêques de France

« Phénomène social de l’avortement  et enjeux éducatifs » a dénoncé dans un texte transmis samedi dernier à l’AFP une banalisation sans précédent de l’avortement : «Un droit humain peut-il reposer sur la négation du droit à la vie d’autres êtres humains au tout début de leur existence et de leur croissance ?

 
Vign_CAF

Connaître vos droits selon votre situation

Vous avez ou vous attendez un ou des enfants

Vous attendez un enfant

Votre enfant vient de naître

Vous adoptez ou vous recueillez un enfant

Vous cherchez un mode de garde pour votre enfant

Vous cessez ou vous réduisez votre activité professionnelle et élevez votre enfant

Votre enfant est scolarisé ou entre en apprentissage

Votre enfant n’est plus scolarisé ou suit sa scolarité à domicile

Votre enfant poursuit ses étudesL’aîné de vos enfants a 20 ans

Votre enfant quitte le foyer ou y revient

Vous assumez la charge d'un enfant handicapé ou gravement malade

Vous demandez un congé pour vous occuper d'un enfant ou d'un proche handicapé ou gravement malade

 Vous partagez la garde de votre enfant avec son père ou sa mère

 
Vign_conjugalite

VIVRE EN COUPLE 

Couple Lecture :

Et si on se mariait ?

Détails Catégorie : Couple Publié le dimanche 9 mars 2014 11:50 |

Avec cet ouvrage, sous-titré « Comment savoir si on est prêt », le Père Cédric Burgun et Bénédicte Lucereau se fixent pour objectif « d'interroger clairement une notion clé de l'engagement : la capacité.

Suis-je capable de me marier ?

Il sera donc un éclairage pour anticiper les difficultés éventuelles, ou réfléchir lorsqu'elles se présentent ».

 
Vign_Luc_ferry

NON, LES OGM NE SONT PAS DU POISON !

Luc Ferry, Figaro du 26 juillet

On parle beaucoup d’écologie ces temps-ci, mais en son nom on a souvent tendance à vouloir nous faire avaler n’importe quoi. En ouvrant leur journal préféré, les lecteurs du Figaro ont pu, le 4 juillet dernier, apprendre par un excellent article de Cécile Thibert que les résultats d’une fameuse enquête de 2012 selon laquelle les OGM provoquaient des cancers n’étaient qu’une formidable fake news.

Des chercheurs indépendants ont en effet repris le dossier et ils ont montré, faits et arguments à l’appui, que le « travail » publié par l’auteur de cette enquête, un certain Gilles-Éric Séralini, biologiste et militant vert, était biaisé pour deux raisons :

  • les rats auxquels il avait fait ingérer du maïs OGM appartiennent à une espèce dont 50 % des individus développent naturellement des cancers au bout de deux ans quelle que soit leur nourriture (OGM ou pas) ;
  • ensuite, l’expérience portait sur un nombre beaucoup trop réduit de rats (seulement dix par groupe testé).

Leur conclusion est sans appel : « Avec ces OGM, aucun risque potentiel pour les animaux ni pour les humains n’a été identifié ! » Tout cela, nous étions quelques-uns à l’avoir dit à l’époque sans être écoutés. Il est bon qu’une enquête scientifique opérée dans les règles de l’art vienne confirmer sans appel ce que ceux qui s’intéressaient à la question avec un peu de sérieux savaient déjà en 2012.

 

Reste que le grand public a été trompé et qu’il continue de l’être, la conviction d’une très large majorité de Français étant (comme hélas pour les vaccins !) que les OGM sont dangereux, ce qui n’a pourtant jamais été démontré, ni de près ni de loin.

 

D’où la question qu’on doit se poser si l’on veut prendre un peu de distance : pourquoi l’intox marche-t-elle mieux que la vérité ?

  • Un premier élément de réponse tient au poids des photos publiées, notamment par Le Nouvel Observateur. Elles étaient terrifiantes et montraient de malheureux rats déformés par d’atroces cancers tandis que les textes qui les accompagnaient donnaient ­100 % raison à Séralini. Ensuite, toujours selon Le Figaro, certains journaux avaient accepté de se laisser museler : Séralini, pour éviter tout contradicteur, avait fait signer aux journalistes qui voulaient avoir accès à son enquête en primeur un « accord de confidentialité dans lequel ils promettaient de ne pas soumettre ces travaux à des experts indépendants, les journalistes étant alors dans l’incapacité de faire correctement leur travail puisqu’ils ne pouvaient pas interroger d’autres toxicologues ».
  • Une condition proprement hallucinante et liberticide que Le Monde, Le Nouvel Observateur et l’AFP auraient pourtant acceptée (ce qui est assez comique quand on pense qu’ils se prévalent aujourd’hui de la mission de « décoder » les fake news). Le Nouvel Obs, organe de la gauche intellectuelle, choisit curieusement le sensationnel et le fondamentalisme vert contre la raison et la science véritable en titrant sans barguigner à la une : « Oui, les OGM sont des poisons ! », titre d’autant plus stupide qu’il existe des centaines de variétés d’OGM et que même si celle que Séralini avait donnée à ses rats était nuisible (ce dont nous savons aujourd’hui qu’il n’en est rien), cela n’impliquait nullement les autres.

Mais il y a plus.

 

Dans la littérature consacrée depuis une bonne trentaine d’années aux OGM, la figure de Frankenstein revient comme un passage obligé, pour ne pas dire comme un pont aux ânes. Le mythe de Frankenstein est en effet beaucoup plus profond qu’on ne le croit d’ordinaire. Il ne s’agit pas à l’origine d’un récit de science-fiction, mais d’un mythe théologique d’une grande portée, une légende qui visait à stigmatiser l’« hybris » (l’orgueil et la démesure) de l’homme qui se prend pour Dieu. Frankenstein fabrique un monstre avec les cadavres qu’il a volés dans une morgue et il parvient à lui donner vie grâce à l’électricité du ciel. Or, donner la vie est le monopole du divin. Il est donc puni : sa créature lui échappe, elle échappe à son créateur comme dans le mythe voisin de l’apprenti sorcier.

Nous avons affaire ici à des mythes de la dépossession, le créateur étant dépossédé de sa créature.

On comprend pourquoi l’écologie fondamentaliste, dont le fonds de commerce est d’abord d’affoler les foules, a appliqué ces mythes aux OGM à défaut de démontrer leur dangerosité.

Plutôt que d’aller aux faits, une certaine presse a emboîté le pas, jouant à son tour sur les peurs qui sous-tendent le prétendu « principe de précaution », le sensationnel faisant hélas vendre souvent plus de papier que la vérité

 
Vign_Tudual_Derville

NE PAS JETER LE PÈRE !

CONTRE. Par Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita et auteur de Le temps de l’Homme

- Pour une révolution de l’écologie humaine (Plon, 2016).

La loi doit-elle ouvrir aux femmes seules ou vivant ensemble, mais ne souffrant d’aucune infertilité pathologique, les techniques artificielles de procréation ? Grave question. Toute idée de père serait écartée pour les enfants ainsi conçus, le « géniteur » étant réduit à un donneur anonyme de sperme. Le Comité consultatif national d’éthique est divisé : un quart de ses membres s’est désolidarisé d’un avis soutenant ce projet. Cet avis invoque la « souffrance ressentie du fait d’une infécondité secondaire à des orientations personnelles » (il faut entendre sexuelles) et affirme que l’insémination artificielle serait non-violente, contrairement à la gestation par autrui qui utilise le corps de femmes « porteuses ».

Disons-le tout net : on marche sur la tête !

Il n’est pas question de nier la valeur du désir d’enfant, ni sa puissance, ni sa noblesse. Mais une telle pulsion peut-elle légitimer la fabrication d’enfants sans père ? Nos désirs, surtout les plus forts, doivent être régulés. Sinon ils deviennent totalitaires. Des interdits, posés par la conscience et par la loi, limitent les forts pour protéger les faibles. Bienfaisants, ils pacifient la communauté des hommes. Or, une filiation artificielle qui ignore la parité homme/femme pénalise l’enfant et fragilise la société. Faut-il rappeler l’origine du principe de parité ? Érigé en objectif par le monde politique, il trouve sa source dans une précieuse loi de la nature : il faut un homme (et un seul) et une femme (et une seule) pour faire un enfant. Nous avons tous bénéficié de cette loi universelle. « Un père, une mère », c’est le message constant de la vie biologique, un principe d’humanité inscrit dans nos généalogies puis dans notre culture. Réduire l’homme à son sperme vole à l’enfant toute référence paternelle et dénature sa filiation. De quel droit lui imposer pareille amputation ? Détourner la PMA pour priver délibérément l’enfant de cette parité père-mère lui inflige une violence psychique inédite et inouïe. L’humanité est en train d’apprendre à ses dépens qu’on ne joue pas avec les équilibres fondamentaux de la nature. Cette maxime vaut aussi pour la nature humaine. Tout ce qui est possible n’est pas forcément bon. Une toute-puissance sans régulation éthique menace l’écologie de l’homme. Les Français ne s’y trompent pas : 77 % disent que « l’État doit garantir aux enfants conçus par PMA le droit d’avoir un père et une mère » (Opinion Way).

L’écologie de l’homme menacée

Même si des accidents de vie peuvent priver un enfant de l’un ou l’autre de ses parents, l’élever sans père reste difficile. Les nombreuses mères courage qui se retrouvent seules le savent parfaitement. Tant de peines et de difficultés sociales viennent de l’absence, de la démission ou de l’effacement des pères ! L’enjeu est crucial, car de coûteuses techniques de procréation ouvrent des perspectives insensées : reproduction à l’identique par clonage, bébé à trois parents biologiques par manipulation des gamètes, embryons humains génétiquement modifiés… Des apprentis sorciers annoncent la gestation extracorporelle dans des utérus artificiels, étape vers le tragique transhumanisme. Une petite minorité de femmes ou d’hommes qui prétend se passer de l’autre sexe pour procréer pousse toute la société vers cette pente glissante : le juteux marché de la procréation.

Ne créons pas un droit à l’enfant sans père au mépris du droit de l’enfant. Exigence d’écologie humaine.

Question d’humanité.

 
Vign_Livre_Famille

FIGAROVOX. - Votre livre, Familles je vous aime est un manifeste pour l'avenir, mais aussi un bilan du quinquennat. Que retenez-vous de ces cinq années en matière de politique familiale?

En ce qui concerne la politique familiale, le quinquennat de François Hollande est sans précédent par l'ampleur et le caractère systématique de la démolition: les principes mêmes de cette politique ont disparu, à commencer par celui de l'universalité des allocations familiales et la double baisse du plafond du quotient familial. Fondés sur le fait que la famille assure l'avenir de la nation et qu'il est utile à tous d'investir dans ce domaine, ces principes en faisaient une politique originale de solidarité horizontale, s'exerçant entre foyers avec enfants et foyers sans enfant. Hélas, elle s'apparente désormais à une politique sociale qui pourra être encore rabotée en fonction des aléas budgétaires… ou idéologues si la gauche reste au pouvoir au-delà de 2017.

Le bilan désastreux de François Hollande ne s'arrête pas là et contient de nombreuses autres mesures - réduction d'un tiers de la durée du congé parental, plafonnement et imposition de la majoration de pension pour avoir élevé trois enfants ou plus, hausse des tarifs de cantine pour les familles nombreuses, baisse des allocations logements, etc.

Le résultat est là: 19.000 naissances en moins en 2015. Si les spécialistes des politiques publiques s'interrogeaient parfois sur l'efficacité de notre politique familiale, ils ont la réponse à leur question! De fait, la fiscalité est un levier majeur, que l'on souhaite agir en faveur ou au détriment d'un secteur d'activité…

Cela étant dit, ce n'est pas le plus grave, loin s'en faut.

C'EST EN EFFET PAR SES MESURES ALLANT À L'ENCONTRE DU RESPECT DE L'HOMME, À COMMENCER PAR L'ALTÉRITÉ SEXUELLE, QUE FRANÇOIS HOLLANDE A LE PLUS GRAVEMENT ATTEINT LA FAMILLE.

Au-delà de la politique du gouvernement, vous évoquez une offensive idéologique des partisans de la théorie du genre et du transhumanisme…

La loi Taubira est fondée sur un double postulat: d'une part, le mariage serait destiné à célébrer l'amour de deux personnes qui s'aiment et d'autre part, être homme ou femme aurait peu de sens et peu d'importance. C'est là le fondement même de l'idéologie du genre, qui a conduit à l'idée que deux hommes ou deux femmes pourraient se marier et qu'un enfant pourrait avoir indifféremment un père et une mère, deux mères ou deux pères: outre le fait qu'un enfant ne peut pas avoir deux pères ou deux mères, et qu'il n'en a d'ailleurs pas besoin, on est dans la confusion entre la paternité et la maternité, entre le père et la mère.

Comme l'attestent les revendications délirantes portant sur l'identité de genre qui devrait remplacer l'identité sexuelle pour que l'Homme se sente pleinement libre et respecté dans son ressenti et ses choix, les conséquences de cette confusion sont immenses.

POURRONS-NOUS VIVRE SANS SAVOIR QUI NOUS SOMMES ET POURRONS-NOUS VIVRE EN SOCIÉTÉ SANS SAVOIR QUI EST L'AUTRE ?

À ceux qui ont du mal à me croire, je précise que Facebook, par exemple, reconnaît 71 identités de genre, dont «pangenre», «genderfluide», «indéterminé», «neutre», «indifférencié», etc. J'ajoute qu'un texte législatif, actuellement en cours de débat à l'Assemblée nationale, introduira le concept «d'identité de genre» dans notre droit s'il est voté, ce qui est hélas fort possible.

Pour en revenir aux couples de personnes de même sexe, comme ils ne sont pas en mesure de concevoir un enfant ensemble, il conviendrait, selon les «progressistes» que vous évoquez, de contourner cette impossibilité en utilisant les techniques existantes: la PMA et la GPA. Nous sommes là, déjà, dans la logique transhumaniste: les limites de l'humain étant «insupportables», «injustes» et «à l'origine d'inégalités», les techniques biomédicales - quelles qu'elles soient - devraient être mises à profit pour améliorer la condition humaine, ce qui conduira naturellement à transformer l'humanité. Et pas forcément pour le meilleur malheureusement! Nous sommes face à des enjeux de civilisation qui nous dépassent, mais dont l'issue se joue en partie aujourd'hui.

Vous militez toujours pour l'abrogation de la loi Taubira. Dans ce contexte, n'est-ce pas un combat déjà perdu? Pourquoi ne pas se concentrer sur la PMA et la GPA?

Avec des millions de Français, nous nous sommes battus contre cette loi. Elle était mauvaise. Elle n'a pas changé. Elle est donc toujours mauvaise. Les raisons de s'y opposer n'ont pas changé, elles demeurent.

Il s'agit bien sûr d'un combat immensément difficile et l'on pourrait être tenté de passer à l'étape suivante en se focalisant de manière exclusive sur la filiation. Mais il nous faut rester cohérents. Et nous sommes immensément nombreux à ne pas nous résoudre à laisser concevoir sciemment des enfants orphelins de père ou de mère. Je pense aussi à ces enfants orphelins qui ont été confiés par les services de l'État à des couples d'hommes ou de femmes. Au printemps dernier, l'un d'eux, âgé de 5 ans, vivant en Seine-Saint-Denis, qui avait compris qu'il serait peut-être adopté par deux hommes, ne cessait de répéter «je veux une Maman»…

Peut-on rester insensible à ce cri de détresse d'un enfant ?  

Assurément non.

ENSUITE, JE PENSE QU'IL FAUT IMPÉRATIVEMENT CESSER DE LAISSER FILER LES UNES APRÈS LES AUTRES LES ÉTAPES DE DÉSTRUCTURATION DE LA SOCIÉTÉ, TOUJOURS SOUS PRÉTEXTE QU'ON NE PEUT RIEN FAIRE ET QU'ON VERRA LA PROCHAINE FOIS.

Il faut mettre un coup d'arrêt aux dérives sociétales et il y a urgence, elles n'ont été que trop loin. Et compte tenu du moment présent de l'Histoire, nous avons souhaité «ne rien lâcher» sur la loi Taubira. Il est grand temps de dire stop. Et les faits nous donnent raison. Qui aurait imaginé que cette question soit encore au cœur des débats comme elle l'a été durant la campagne de la primaire de la droite et du centre, particulièrement pendant l'entre-deux-tours? Maintenir la famille et la filiation au cœur du débat public est notre premier objectif.

J'ajoute que le fait de poser très fermement une exigence fait de celle-ci l'aune du reste. Je veux dire que si le critère est la PMA sans père et la GPA, alors elles seront légalisées un jour ou l'autre. Tandis que si le critère est la loi Taubira, nous n'aurons pas la PMA et la GPA, et j'espère même que nous parviendrons rapidement à revenir sur l'ouverture de l'adoption à deux hommes ou deux femmes.

Néanmoins, sur la famille, son programme n'est pas complètement à la hauteur. D'abord parce qu'il n'assume pas de revenir au mariage homme-femme ni à l'adoption simple par un père et une mère (il ne souhaite revenir que sur l'adoption plénière) en dépit de son opposition affichée à la loi Taubira. Cela signifie qu'il reste encore - certes en partie, ce qui est déjà une avancée - dans cette attitude de la droite qui continue à se laisser dicter le calendrier par la gauche. Celle-ci ne se gêne pas pour provoquer et diviser, tandis que la droite a toujours des pudeurs de jeune fille!

D'autre part parce que son programme, en matière de politique familiale, manque de vision et d'ambition. En effet, les mesures qu'il propose sont comme des essuie-glaces: un retour à la situation antérieure au quinquennat de François Hollande. S'il faut corriger les erreurs du quinquennat qui s'achève, il faut en plus une ambition à la hauteur des enjeux.

D'immenses défis concernent aujourd'hui la famille: je pense aux bouleversements culturel et sexuel, à l'utopie du genre, aux problématiques du numérique et du transhumanisme, à l'écologie et d'autres enjeux que j'ai développés dans mon livre.

Dans Famille je vous aime, vous fustigez «l'ogre ultralibéral». Le programme économique thatchérien de François Fillon ne risque-t-il pas de fragiliser les familles et plus largement de bousculer les repères stables de la société?

J'ai dû mal à croire que François Fillon ne voit pas le danger et ne prévoit pas de poser des limites, lui qui déclare que «la famille doit être au cœur des politiques publiques». Il semble d'ailleurs fermement opposé à la PMA sans père et à la GPA, pratiques lucratives appréciées par le Marché.

Un autre point essentiel est d'ordre culturel: nous voyons bien, autour de nous, aussi bien les dégâts considérables d'un individualisme exacerbé que l'attente très forte de sens et de fondements pérennes pour la société. À l'évidence, le respect de notre humanité homme-femme et celui de l'intérêt supérieur de l'enfant peuvent être tout à fait compris de nos concitoyens. Or ces deux seuls principes impliqueraient déjà des changements législatifs majeurs et très positifs pour l'avenir.

Autrement dit, je suis convaincue que nous devons assumer nos convictions, prendre la parole à temps et à contretemps dans l'espace public et oser dire ce que beaucoup pensent tout bas ou n'osent pas encore penser par conformisme. Si déjà on sort de l'autocensure, ce sera un très bon pas en avant. Si on arrive ensuite à faire valoir à un public encore plus large que tout enfant a besoin et droit, dans la mesure du possible, d'avoir un père et une mère, ce sera un autre pas très positif. Et je suis persuadée que l'on peut y arriver!

Que vous inspire la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre? Son programme est-il à la hauteur des enjeux que vous pointez dans votre livre?

LA VICTOIRE DE FRANÇOIS FILLON ME PARAÎT ENCOURAGEANTE PARCE QU'IL ROMPT AVEC LE CONFORMISME DE SES PRÉDÉCESSEURS - JE PENSE À JACQUES CHIRAC ET NICOLAS SARKOZY - ET PARCE QU'IL OSE ABORDER DES SUJETS AUSSI DÉLICATS QUE LA FILIATION, L'ÉDUCATION OU L'ISLAM EN FRANCE.

Néanmoins, les propos qu'il a tenus récemment sur la révolution technique en cours dont la France doit savoir bénéficier à fond m'ont inquiétée.

EN EFFET, SI L'ACCÉLÉRATION EXPONENTIELLE DES POSSIBILITÉS DES NANOTECHNOLOGIES, DE LA BIOTECHNOLOGIE, DE L'INFORMATIQUE ET DE LA GÉNÉTIQUE (NBIC) PEUT OUVRIR DES PERSPECTIVES EXTRAORDINAIRES, IL EST INDISPENSABLE DE PRENDRE AUSSI CONSCIENCE DES RISQUES ET DE RÉFLÉCHIR AUX CRITÈRES DE DISCERNEMENT À POSER DANS CE DOMAINE.

Il y a d'ailleurs urgence: le Parlement européen, par exemple, s'apprête à voter un texte qui donnerait un statut juridique autonome au robot!

Un autre exemple est celui du travail le dimanche: sa libéralisation totale serait clairement désastreuse pour la famille comme pour l'ensemble de la société. Nous avons impérativement besoin d'un jour de repos commun à tous!

Comment dépasser cette contradiction?

Il me semble que toute l'action politique doit être pensée en fonction de sa finalité, qui est l'Homme. Si cette perspective est bien là, je pense que les décisions et leur mise en œuvre peuvent radicalement changer et être enfin constructives, la condition étant de s'y tenir rigoureusement et systématiquement.

Votre livre a une dimension programmatique. Quelles doivent être les trois mesures à prendre d'urgence par le prochain président de la République en matière de politique familiale?

La première étape, et c'est le sujet de mon livre, est de prendre la mesure de la situation, du contexte et des risques inhérents aux défis de la politique de la famille. Il me paraît indispensable, ensuite, de se fixer des objectifs - ceux-ci ne peuvent plus être seulement le renouvellement des générations et la conciliation vie professionnelle - vie privée - et des fondements pérennes. Ces deux étapes sont incontournables pour l'avenir. Comme mesure concrète, je dirai qu'il faut avant tout définir et inscrire dans la Constitution le principe intangible de l'intérêt supérieur de l'enfant: s'il en était ainsi, les conséquences législatives positives seraient très nombreuses, à commencer par la remise en cause complète de la loi Taubira…

Tous ces enjeux seront au cœur d'une année 2017 décisive pour toutes les familles de France. L'élection présidentielle puis les législatives seront des moments privilégiés pour faire entendre la voix des familles et celle de l'intérêt supérieur de l'enfant.

 

 
Téléharger -imprimer-diffuser autour de vous Pour mieux comprendre les raisons d'être à Paris le 16 octobre
Une synthèse du rapport en 3 pages (les titres des 40 propositions)
 
Après le massacre d'Orlando, les commentaires et les mises en accusation se sont succédé. Mouvements conservateurs et religions monothéistes ont été pointés du doigt. Damien Le Guay considère que l'islamisme est passé au second plan.
 
Télécharger, imprimer et diffuser
 
 
Télécharger l'entretien de Ludovine de la Rochère paru dans la France Catholique
Contactez-nous : famillesderetz@gmail.com