Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami

2, rue St Gilles 44210 PORNIC
 
Vign_Conference_des_eveques

Temps de Prière
 sont proposés ce dimanche 19 janvier

15h en l'église de Sainte-Marie-sur-mer

 de 14h30 à 18h en l’Église de St Brévin les Pins,

pour porter tous ceux et celles marchant à Paris contre la PMA pour toutes la GPA et défendre la vie de famille.

Nous confierons à nouveau à Notre Dame du Tabernacle, nos inquiétudes face au projet Gouvernemental de Loi Bioéthique.

Au moment où le Sénat va débattre du texte de Loi, Mgr Michel Aupetit appelle à « une prise de conscience urgente » en relayant les mises en garde récemment publiées par la Conférence des Evêques de France.

« Après avoir commencé à détruire la planète, allons-nous laisser défigurer notre humanité ?

Qui osera élever la voix ? »
Saint Luc nous dit : «  Si nous nous taisons, les pierres crieront »

Accéder à la Pointe de sel

 
Vign_St_Felix

MESSE à SAINT FELIX

4 avenue Pasteur

5h15 

19 janvier avant le rendez-vous à La BEAUJOIRE 

MARCHONS-ENFANTS

 
Vign_Sylviane_Agacinski
 
Vign_Mgr_James

Évêques de France, nous avons signé, personnellement, une déclaration :

« Respectons la dignité de la procréation ! ».

À la veille du vote au Parlement, nous voulons redire l’émerveillement que suscite le fait de donner la vie à un enfant. Nous redisons aussi les  questions graves que nous posent les pratiques actuelles de l’AMP (Aide Médicale à la Procréation), ainsi que son extension à toutes les femmes :

  • par exemple, les  changements qu’opérerait ce projet de loi sur la filiation humaine,
  • l’accès à ses origines, la prise en compte de « l’intérêt supérieur de l’enfant » (c’est lui en  effet qui est premier, or les débats semblent beaucoup l’oublier) par rapport au projet parental,
  • les risques de marchandisation des dons de sperme ou d’ovocyte, etc. 

Encore une fois, si les progrès de la médecine réjouissent, ils n’empêchent pas de se poser des questions :

les techniques biomédicales doivent-elles nous affranchir de toutes les limites ?

Doit-on se dire toujours : « je peux techniquement le faire, donc c’est bon » ?

J’encourage les catholiques du diocèse, soit par des lectures, soit en suivant des parcours de formation, à s’informer, à se former, à éclairer leur conscience, à se manifester et à se respecter.

C’est la grandeur et la beauté de toute personne humaine, de pouvoir faire et d’être invitée à faire des choix responsables, discernés en conscience, et de prendre sa part de responsabilité pour que notre monde grandisse dans le respect des personnes, la grandeur de la vie humaine et la fraternité toujours à construire, tenant ferme le lien entre charité et vérité.

Et, ainsi, nous rendons grâce au Christ Jésus, venu parmi nous, pour que nous ayons la vie.

 
Vign_Logo_Petition

APPEL AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE POUR LE RESPECT DES DROITS DE L’ENFANT


Monsieur le Président de la République,


Nous en appelons à vous pour la protection des droits de tous les enfants.


Le gouvernement a lancé le processus parlementaire en vue de la légalisation de la procréation médicalement assistée (PMA) en l’absence de père pour l’enfant et sans motif médical.


Cela signifie que, délibérément, la République priverait des enfants de père pour toute leur vie.


Depuis 1917, la République française veille en particulier sur les Pupilles de la nation – orphelins de père pour la plupart -. C’est évidemment parce que la nation est consciente de ce que cela représente pour un enfant.


Mais en 2020, sous votre responsabilité, la République pourrait, à l’inverse, légiférer pour faire délibérément des enfants orphelins de père ? Voilà qui serait une terrible injustice.

 

SIGNEZ LA PÉTITION

 
Vign_Lacroix_PMA

PMA, l’impact de la loi sous-évalué

Selon l’enquête menée par La Croix, au moins 2 400 femmes lesbiennes en couple ou femmes célibataires se rendent chaque année en Belgique et en Espagne pour recourir à une PMA. Une évaluation qui laisse présager une demande bien supérieure à celle estimée par le gouvernement si la PMA est étendue.

PMA. Voilà déjà plusieurs mois que ces trois lettres cristallisent l’attention. L’extension de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes seules occupe une place centrale dans les débats provoqués par le projet de loi de bioéthique, qui en comporte pourtant bien d’autres. Mais malgré des mois de discussions, une inconnue subsiste : le nombre de femmes qui recourront à cette possibilité nouvelle, si le projet de loi est définitivement adopté.

Au fil des mois, une fourchette, floue, s’est imposée : entre 2 000 et 3 000 femmes pourraient demander à recourir à une PMA. C’est d’ailleurs sur cette estimation que s’est fondée l’étude d’impact du gouvernement pour chiffrer le coût d’extension de la PMA : entre 10 et 15 millions d’euros.

Télécharger, imprimer, partager
 
Vign_Sex_Education2

SEX EDUCATION 2,

UNE SÉRIE TOUJOURS À ÉVITER


Il est difficile en ce moment de passer à côté du matraquage publicitaire de la saison 2 de cette série britannique de Netflix : Sex Education.


Les Associations Familiales Catholiques déconseillent fortement cette série qui présente une vision déformée, utilitaire et purement technique des relations amoureuses, dite " sans tabous ", et formellement déconseillée aux moins de 16 ans. Cette saison, un manuel " d'éducation sexuelle " peut aussi être commandé gratuitement.

 

Hélas, celui-ci n'a rien d'éducatif.

 
Vign_UDV_2020

L’AFC du Pays de Retz vous invite pour la 3ème année à participer à la formation bioéthique

les 13, 20 janvier et 3 février 2020

de 20h30 à 22h30.

Mairie annexe 44320 SAINT PERE EN RETZ

Place du marché

 ATTENTION

La 3ème soirée ( 27 janvier ) se déroulera à PAIMBOEUF, salle paroissiale 23 rue de l'église. 

Le « sens de la vie » est une question essentielle qui habite l’histoire de l’humanité et le cœur de chaque homme et femme depuis la nuit des temps.  Autour d'experts et de grands témoins, prenons le temps de réfléchir aux défis de notre temps et aux clés pour les relever ensemble. 

Infos et inscription : Jean Méhats 06 77 53 24 66  ou www.universitedelavie.fr 

 
Vign_Chantal_Delsol

ELITE BOUFFONNE ET MEURTRIERE 

Ce que les parents auraient dû faire pour la petite Vanessa, c’est une seule chose : aller aussitôt à la ­police.

Et il aurait fallu le faire pour nombre de fauteurs d’inceste, d’aumôniers capables de jeux diaboliques avec les enfants de chœur, de moniteurs de gym ou autres profs criminels, quel que soit par ailleurs leur talent ou même leur destin glorieux.

Ce que le moment présent désavoue sans vouloir le dire, c’est cette crise nihiliste de la seconde moitié du XXe siècle, au cours de laquelle une élite bouffonne et meurtrière avait érigé le marquis de Sade en héros. C’est pourquoi il pourrait arriver que nous ayons d’autres surprises.

Les programmes PMA, GPA et autres manipulations de haute voltige cynique, pourraient bien apparaître un jour pour ce qu’ils sont : des affronts honteux à la dignité des personnes. Une de mes collègues dit qu’il y aura dans les décennies qui suivent un Nuremberg de la bioéthique. Il vaudrait mieux ne pas attendre d’avoir brisé beaucoup de vies et de destins

Lire toutnle texte, télécharger, imprimer

 
Vign_Agnes_Molinier_Verdier

RETRAITES : LA REFORME VA-T-ELLE COUTER CHER ?

Les concessions accordées pour sauver le projet de loi sur les retraites pourraient se révéler plus onéreuses que les économies escomptées, juge la directrice de la Fondation Ifrap*.

La réforme des retraites prend mauvaise tournure pour ceux qui espéraient encore qu’elle ne finisse pas en mascarade.

Rien que le manque à gagner économique du mois de grève - que la France continue à subir de manière inadmissible - approche les 2 milliards d’euros : pertes de la SNCF, de la RATP, des commerçants, du tourisme… on atteindra bientôt le 0,1 point de PIB de 1995, voire plus.

 
Vign_Fondation_Lejeune

Ni bio ni éthique, le projet de loi que les sénateurs sont appelés à voter ne protège pas la dignité de l'embryon mais l'intérêt des chercheurs, analyse Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune.

L'embryon humain est pour la recherche une prise de guerre qui s'obstine à ne pas parler. Il est son échec, sa vexation, sa blessure intime. L'élan de la recherche qui tend à l'universalité de la connaissance se brise sur la modestie de ce prisonnier capturé de haute lutte et qui ne laisse rien percer.

Voilà presque un demi-siècle que certains ont mis la main sur lui au prix d'une schizophrénie assumée : il est si peu de chose qu'on peut l'enlever du ventre des femmes quand il est indésirable et à la fois si précieux qu'on peut l'y introduire quand il est désiré.

L'embryon a été sorti de l'espace, in vitro, et du temps, “in frigo”, mis hors champ, hors juridiction, hors norme. Personne n'a le droit de s'inquiéter de son sort, ni de le défendre. L'humain réduit à sa plus simple expression, privé de son écosystème naturel, est en même temps l'être le plus convoité. La technoscience a préempté l'embryon et l'a mis sous verre tel un insecte pour l'observer et le disséquer avant de jurer que ses précieuses cellules parviendraient à nous guérir de tout. Au bout du sacrifice propitiatoire de centaines de milliers d'embryons et de leur cannibalisation médicalisée brille la régénération rédemptrice

Télécharger imprimer partager

 
Vign_Virginie_Pradel

Le prélèvement à la source, un jackpot à 7 milliards pour Bercy

Deux milliards d'euros proviendraient de l'imposition sur des revenus exceptionnels perçus en 2019 et 3 milliards de la réévaluation partielle, sur un an et non deux (2018 et 2019) — année blanche oblige —, du barème de l'impôt 2019.

Un véritable jackpot pour Bercy et une grosse augmentation pour les Français, qui sera à peine masquée par la future baisse de l'impôt sur le revenu.

 
Vign_cafadmd

Directives anticipées : la CAF en collusion avec le lobby de l’euthanasie

La Caisse d'allocations familiales a publié, ce vendredi 20 décembre, sur son site d’actualité et d’information une page de présentation des directives anticipées, mettant en avant le lobby pro euthanasie.

 

LIRE

 
Vign_Senat

NE SOYEZ PAS EN RESTE ! ECRIVEZ AUX SENATEURS DE LA COMMISSION

Nos amis ont écrit à :

Copie du courrier envoyé à Christophe Priou 

Autre modèle de lettre envoyé à 10 sénateurs
Transmettez nous vos courriers !

Demandez-nous une copie des courriers et des réponses

 
Vign_PMA_NON_REMBOURSABLE
PMA : l’Assurance maladie devrait réserver ses ressources à la prise en charge des maladies
- Le projet de loi bioéthique prévoit le remboursement à 100% de la PMA pour les couples de femmes et les femmes célibataires.
Neuf associations de défense des malades craignent que ce choix ne se fasse au préjudice de la prise en charge de maladies rares

Lire la déclaration des associations imprimer, partager

 
Vign_Aude_Mirkovic_pma

LA PMA :

UN ENJEU DE SOCIÉTÉ

Va-t-on enfin prendre les droits de l'enfant au sérieux ?
La PMA pour les femmes célibataires et les couples de femmes est l'une des mesures phare de la révision de la loi de bioéthique de 2011, et l'attente du public en la matière est forte. Mais, au moment d'envisager cette PMA non thérapeutique, la société doit choisir : jusqu'où voulons-nous aller avec ces techniques de procréation artificielle ?
 
La PMA doit-elle demeurer une mesure d'exception, destinée à compenser un problème médical, ou devenir un mode habituel de procréation entraînant la société vers une nouveauté anthropologique, selon les termes du Comité consultatif national d'éthique ?
 
Les Français qui se disent favorables à la PMA pour les couples de femmes et pour les femmes célibataires seraient-ils du même avis si la question leur était posée du point de vue de l'enfant : « pensez-vous que la loi doive organiser la conception d'enfants privés, délibérément et légalement, de père ? »
 
Ce qui se joue désormais n'est pas seulement la PMA pour les femmes, mais un bouleversement majeur de la société qui ne saurait en rester aux cas individuels et à l'émotion qui s'en dégage. Il est urgent de mesurer ce que signifie exactement la PMA pour les femmes, pour en saisir les enjeux et prendre nos décisions en connaissance de cause.
 
C'est le propos de ce livre.

Accéder au dossier Bioéthique

La PMA : dossier complet

Bioéthique et Recherche médicale

Dossier : Fin de vie

 
Vign_Bellamy_manif
PORNIC 44 - 2
Vign_Transports_en_CAR_19_janvier_2020

Tous les cars sont attendus dimanche à partir de 11h30 au carrefour du quai Branly et avenue de la Bourdonnais - Paris 7ème .

LES RENDEZ-VOUS POUR LE CAR PORNIC - 44 - 02

Saint-Brévin-les-pins

Rendez-vous : 5h45 pour un départ impératif à 6h00

sur le parking du magasin Leclerc parc d'activité "La Guerche" (sortir de la Route bleue au croisement St Brévin centre et prendre immédiatement à droite pour passer sous la Route bleue.

Pornic 

Rendez-vous : 6h15 pour un départ impératif à 6h30 

sur le parking du collège ND de Recouvrance, rue de la Tourte 

Port-Saint-Père 

Rendez-vous 6h 55 pour un départ impératif à 7h00

sur le parking du magasin Inter-Marché 

Bouguenais :

Rendez-vous à 7h10 pour un départ à 7h15 

sur le parking de Jardiland (sortie avant celle pour le pont de Cheviré )

Pour le voyage prévoyez un vêtement chaud, deux repas et de la boisson. La dislocation est prévue à 17h30 ce qui fait une arrivée vers 23h 30 à Saint-Brévin.

Pensez à resortir vos drapeaux et pancartes !

N' oubliez pas le téléphone portable (celui avec lequel vous recevrez samedi matin au plus tard un SMS des dernières consignes)

SOYEZ  A L'HEURE NOUS PARTIRONS IMPERATIVEMENT AUX HEURES INDIQUÉES.

 
Vign_Conference_des_eveques

Aucun être humain ne peut en traiter un autre comme un objet

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, réuni les 6, 7 et 8 janvier 2020, tient à exprimer son inquiétude devant le projet de révision des lois de bioéthique dont la discussion au Sénat se prépare.

Dans l’état actuel du projet de loi, trois points particuliers engageraient encore davantage notre société française dans des contradictions insolubles. S’ils étaient adoptés définitivement, ils témoigneraient d’une grave méprise quant à ce qu’est l’éthique, méprise qui, si elle n’était pas clarifiée, serait de l’ordre de l’insouciance pour l’avenir.

  1. Soumettre, comme le veut la loi, l’engendrement par PMA d’un nouvel être humain à un « projet parental » est discutable. Le pouvoir ainsi reconnu aux parents ne risque-t-il pas de devenir absolu ? Comment le projet de loi va-t-il exprimer la pleine reconnaissance du droit de l’enfant qui est une « personne » ? En effet, établir des critères applicables aux adultes qui veulent devenir parents pour autoriser ou non ceux-ci à bénéficier d’une technique d’AMP ne suffira pas à garantir une prise en compte suffisante de la dignité de l’enfant. Le respect de l’enfant devrait être la considération première.
  2. La légalisation de la filiation sans père ni ascendance paternelle et de la maternité par simple déclaration de volonté, devant le notaire, sans que la femme vive la gestation, met en œuvre « l’invraisemblable », ont pu dire certains. Est-il juste d’entraîner la société dans cet engrenage ? Notre République est basée sur le respect de la conscience. Cela ne commande-t-il pas de prévoir le recours à l’objection de conscience pour ceux et celles, les notaires par exemple, qui se refuseraient, en conscience, à être engagés malgré eux dans la réalisation de cet « invraisemblable » ? Cette clause de conscience s’impose aussi à propos de l’IMG. Sans une telle expression dans la loi du respect de la conscience de chacun, n’irions-nous pas vers la mise en place d’une police de la pensée, contraire à notre liberté démocratique ?
  3. L’extension du diagnostic pré-implantatoire ouvre la voie à une sélection accrue des enfants à naître, sélection que notre pays professe pourtant de refuser en souhaitant une société inclusive. Un « eugénisme libéral », dépendant de la décision des parents potentiels ou du parent potentiel, serait ainsi toléré. Des parents ayant un enfant portant une maladie génétique nous alertent publiquement sur la « déshumanisation » que produirait un tel tri sélectif. Vouloir l’enfant sans aucun variant génétique est non seulement une illusion, mais ce serait aussi « déshumaniser » notre humanité !

Ces trois points sont significatifs de la fuite en avant dans laquelle sont prises nos sociétés occidentales soumises au libéralisme et aux lois du marché : les désirs individuels y sont exacerbés par l’apparente satisfaction que la conjonction des techniques médicales et juridiques semble promettre.

Nous remercions toutes celles et tous ceux qui prennent au sérieux les enjeux de la loi en discussion. Nous saluons les parlementaires qui travaillent à mettre de la lucidité et du bon sens éthique à propos de l’humain dans le texte de la loi.

Nous encourageons les citoyens inquiets à faire connaître leurs réserves et à exprimer leurs points de vue.

Nous redisons que tout enfant humain est appelé à grandir dans le déploiement de sa liberté et dans le respect de sa dignité, en communion avec tous les autres, et cela tout au long de sa vie, quelle que soit son origine ethnique ou sociale, sa religion ou son absence de religion et son orientation sexuelle.

Aucun être humain ne peut en traiter un autre comme un objet.

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France
Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF,
Mgr Dominique Blanchet, évêque de Belfort-Montbéliard, vice-président de la CEF,
Mgr Olivier Leborgne, évêque d’Amiens, vice-président de la CEF,
Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris,
Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois,
Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers,
Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen,
Mgr Philippe Mousset, évêque de Périgueux,
Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre,
Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers.


 
Vign_Appel_AFC

Chers amis,

 

Le projet de loi de bioéthique, voté en première lecture à l'Assemblée nationale le 15 octobre dernier arrivera en séance publique à partir du 21 janvier. Le vote solennel aura lieu le 4 février avant de retourner à l'Assemblée.

 

Les Associations Familiales Catholiques appellent à un sursaut des consciences pour cesser de considérer qu'il existerait un droit à l'enfant quel qu'en soit le coût humain.

 

Avec les 22 associations de Marchons Enfants ! , elles appellent à manifester le 19 janvier prochain à Paris, pour s'opposer à la mainmise technique et marchande sur la procréation humaine.

 

L’objectif est de rappeler que l’être humain est à respecter en toutes circonstances, que la procréation et la filiation humaine doivent être protégées, qu’un cadre éthique est nécessaire à la recherche : la personne humaine est au cœur de l’écologie.

 

Encore une fois, les AFC locales se mobilisent pour tracter et informer sur ces dérives. Elles s’organisent et nous demandent de l’aide pour mobiliser, organiser des cars des quatre coins de la France.

 

Pouvez-vous nous aider à faire entendre notre voix ?

 

Pour organiser cette manifestation, pour mener à bien nos actions d’informations, je dois encore réunir 50 000 €.

 

J’ai encore besoin de vous pour assurer le succès de cette manifestation !

 

Avec un don de 50 €, 100 €, ou selon vos moyens, vous pouvez m’y aider.

 

 
Vign_UDV2020_pub

VOUS POUVEZ ENCORE VOUS INSCRIRE

INSCRIPTION EN LIGNE

Si vous ne souhaitez pas régler par CB en ligne réservez vos places :

06 77 53 24 66

PLUS D'INFOS ET LE PROGRAMME DES SOIREES

 
Vign_Quelle_societe

QUELLE SOCIÉTÉ VOULONS-NOUS POUR DEMAIN ?

Une question fondamentale qui se pose à nous tous et engage notre responsabilité vis-à-vis des générations à venir. C'est le sens d'une grande campagne que nous avons décidé de lancer dès début janvier, pour sensibiliser et alerter le plus grand nombre aux enjeux sociétaux des questions bioéthiques en débat en France.

Cette question - sciemment occultée par le projet de loi bioéthique, qui devrait être votée au cours du premier semestre 2020, et qui porte en son sein nombre d’injustices - est pourtant au cœur des préoccupations d’une majorité de nos concitoyens, nous le savons bien.

A la veille de la reprise des débats au Sénat, prévue pour début janvier, cette question, nous osons la poser, pour clarifier les vrais enjeux et alimenter un vrai débat.

QUELLE SOCIETE VOULONS-NOUS ?

 
Vign_Visuel_message_2020
 
 

Affiches d’Alliance VITA réinstallées : “Que la justice enraye la police de la pensée est une bonne nouvelle pour tous”

Amaury Bucco

Publié le 04/01/2020 à 23:48

Twitter

Le juge des référés a ordonné samedi après-midi la réinstallation des affiches d’Alliance VITA qui avaient été retirées la veille des gares parisiennes. Tugdual Derville, président de l’association, se félicite de cette décision.

Valeurs actuelles. Le juge des référés vient d’ordonner la remise en place sans délai des deux affiches qui avaient été retirées par la régie MediaTransports dans les gares. Comment réagissez-vous à cette décision de justice ?
Tugdual Derville. Avec joie et soulagement. Pour notre campagne, notre association et les grandes causes qui nous tiennent à cœur bien sûr, mais aussi pour la protection de la liberté d’expression contre tout arbitraire, d’où qu’il vienne. Que la justice enraye la police de la pensée est une bonne nouvelle pour tous. Nous attendons bien sûr avec impatience l’exécution cette décision. Et nous demandons au second réseau, celui qui a cédé à la demande de Madame Hidalgo, en supprimant les trois affiches, de les remettre en place pour éviter un second référé, car les mêmes motifs entraînent les mêmes conséquences. Un des anciens dirigeants de ce second réseau a d’ailleurs publiquement dénoncé l’illégalité de ce retrait.

La campagne de communication diffusée depuis mardi dernier dans les rues et gares de Paris a provoqué l’indignation d’Anne Hidalgo et d’un responsable de la communication de la SNCF. Vous attendiez-vous à une telle réaction ?

Lire la suite _

 
Vign_Charlotte_dOrnella

Charlotte d'Ornellas contre les hypocrites : « L'esprit Charlie a des limites :  

Pas de liberté pour les ennemis de la PMA et

sur ordre de la mairie de Paris, le délégué général d’Alliance Vita a dû subir les assauts du plateau entier. Des invectives qui rappellent que, même dans la France d’après “Charlie”, la liberté d’expression a ses limites.

Il fallait le voir pour le croire. Ca se passait à la télévision, la veille de la commémoration de l’abominable attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo. Ca parlait liberté d’expression évidemment, humour, laïcité, avec des phrases que l’on connaît désormais par coeur et que chacun met un point d’honneur à reprendre à son compte. On se lamentait, aussi, que cette liberté régresse. Après quelques minutes, changement de sujet : les affiches de l’association pro-Vie Alliance Vita, en présence du délégué général de cette dernière. Le tiroir de la thématique fut aussi rapidement refermé que la discussion précédente avait été larmoyante. Vous êtes contre l’IVG, vous êtes catholique, le pire des réactionnaires, contre les femmes, on vous connaît, enfin les masques tombent.

Télécharger le billet et partager

 
Vign_Combats_a_venir

Vous le savez, 2019 a été marquée par notre combat continu contre les injustices que prépare la loi Bioéthique en examen au Sénat.

Certes, conscients de la dérive accélérée des repères de la vie qui caractérise les lois successives, nous ne pouvons pas être optimistes sur l’issue de ce débat.

Mais nous n’attendrons pas les bras croisés la promulgation d’une loi injuste faite pour l’intérêt de quelques-uns.

C’est pourquoi nous avons déjà préparé nos chantiers de 2020, sur 4 fronts :

1.         Former à une vraie bioéthique, d'une part avec la 15ème édition de l’Université de la vie et d'autre part les Campus Vita, pour former les plus jeunes aux enjeux de la Vie, hors de l'influence de l'éducation nationale.

2.         Agir au niveau local, en amont des élections municipales, pour que les élus de nos territoires puissent porter une voix différente de celle de la pensée majoritaire.

3.         Eclairer les consciences, trop souvent entretenues dans la confusion, avec notre nouveau guide des directives anticipées, et grâce au développement de nos services d’écoute SOS Fin de vie et SOS Bébé.

4.         Alerter et sensibiliser le grand-public sur les enjeux occultés des débats parlementaires, en commençant par une campagne de communication à grande échelle que nous vous dévoilerons en avant-première le 31 décembre.

Notre expertise étant déjà reconnue, notre combativité est renforcée par l’adversité.

Jean-François Bouthors
Vign_Jean-Francois_BOUTHORS

MOURIR ET VIVRE : LES LIMITES DE L’AUTONOMIE

Quatre mois après la mort de Vincent Lambert, la question de la fin de vie revient, à l’occasion du procès du docteur Sanchez, son médecin. Au-delà des polémiques, s’est imposée l’importance pour chacun, de faire connaître ce qu’il souhaite pour lui-même au moment où sa vie semblera clairement s’approcher de sa fin, ne serait-ce que pour éviter de faire peser sur ses proches des décisions d’une gravité abyssale.

On a vu combien de telles situations d’incertitudes sur la volonté d’une personne en fin de vie peuvent déchirer une famille et diviser une société. Ce constat suffit à montrer que notre mort n’est pas une affaire purement individuelle. Au moment d’écrire ce que nous souhaitons pour notre fin de vie, n’oublions pas que mourir s’inscrit dans un réseau de relations personnelles et collectives qui en sont affectées. En ce sens, notre mort ne nous appartient pas totalement. Ces directives anticipées ne sont pas des « modes d’emploi techniques » que nos entourages et les personnels médicaux appliqueront mécaniquement. Il leur restera toujours une marge d’appréciation et d’interprétation. C’est heureux, car c’est aussi reconnaître à ceux qui nous accompagneront jusqu’à la fin leur propre humanité et leur propre responsabilité.

 
Vign_CEDPH

GPA/CEDH : Refus de l’obligation de transcription d’un acte de naissance étranger

La Cour européenne des droits de l’homme a annoncé, dans une décision du 12 décembre 2019, que le refus des juridictions françaises de retranscrire l’intégralité d’un acte de naissance étranger pour les cas de GPA, en y inscrivant la mère d’intention, n’était pas une mesure disproportionnée.

LIRE

 
Vign_Constitutionnelle

GPA : retranscription à l'état civil français d’actes de naissance d’enfants nés à l’étranger

 

La Cour de cassation a ordonné, ce mercredi 18 décembre, la retranscription à l’état civil français des actes de naissance d’enfants nés à l’étranger par PMA avec tiers donneurs et par GPA

LIRE

 

Comme La Manif Pour Tous l'a toujours dit, PMA sans père et GPA vont ensemble.

Alors que Nicole Belloubet, la ministre de la  « justice », prétendait encore le contraire le 18 décembre après-midi au Sénat, la nouvelle est tombée 1 heure plus tard : la Cour de cassation recommande l'inscription à l'état civil français de la filiation d'enfants nés de GPA au profit de couples d'hommes.

La GPA avance parallèlement à la PMA sans père, que La République en Marche veut légaliser avec le projet de loi bioéthique.

NON AU BUSINESS INTERNATIONAL DE LA PROCREATION
non à la déshumanisation de la filiation 
!


Pour les enfants, pour le monde de demain :
Tous dans la rue dimanche 19 janvier à Paris !

La Manif Pour Tous demande l'annulation d'une nomination au cabinet de Marlène Schiappa et dépose plainte

M. Alexandre Dimeck-Ghione, président du centre LGBT du Mans, a traité les sympathisants de La Manif Pour Tous de « conglomérat de sous-merdes » et de « salafistes » le 8 octobre dernier.

Le comble était que ce tweet injurieux avait été « liké » par Marlène Schiappa.

Est-ce pour le récompenser de ses insultes que la Secrétaire d'Etat a décidé de lui offrir une fonction officielle dans son cabinet ministériel à partir du 6 janvier ?

La Manif Pour Tous a déposé plainte pour injures publiques et demandé l'annulation de cette nomination. 

LIRE LE COMMUNIQUE DE PRESSE


 
Vign_pma_postmortem

PMA post mortem : la CEDH refuse un transfert de gamètes

Les juges de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) ont déclaré irrecevable la requête d’une mère souhaitant faire transférer les gamètes de son fils décédé pour effectuer une gestation par autrui (GPA) ou une procréation médicalement assistée (PMA) post-mortem en Israël. Ces pratiques sont autorisées dans ce pays.

LIRE

 
Vign_pma_ethique

[Communiqué de presse]

Alliance VITA demande aux sénateurs de se mobiliser contre les injustices du projet de loi bioéthique

Alliance VITA rappelle que le vote du projet de loi bioéthique en l’état par les députés signe l’effondrement de la plupart des digues éthiques que la France prétendait tenir depuis 25 ans.

LIRE

 
Vign_Bebe_Crisp

Bébés CRISPR : les inquiétudes se confirment

L’affaire des premiers bébés génétiquement modifiés par CRISPR-Cas9, nés en novembre 2018, ne cesse de se compléter d’informations alarmantes. Cette expérimentation a abouti à la naissance de deux fillettes, véritables cobayes de la technique qui les a créées.
LIRE

 
Vign_GPA_RENNES

 GPA : le jugement controversé de la Cour d’appel de Rennes

La Cour d‘appel de Rennes a validé, le lundi 25 novembre, la transcription complète, à l’état civil français, de quatre enfants nés de mère porteuse à l’étranger. Cette décision remet gravement en question le droit français qui interdit la gestation par autrui (GPA).

Lire l'info

ET EN MEME TEMPS LA PMA TOUTES SERA GRATUITE !!!
Vign_Retraite_mere_de_famille_perdante

« LES MERES DE FAMILLE SONT LES GRANDES PERDANTES DE LA REFORME DES RETRAITES »

FIGAROVOX/TRIBUNE - La présidente des Associations Familiales Catholiques Pascale Morinière regrette que le projet de réforme des retraites diminue les majorations de pension prévues pour les mères de familles nombreuses.

Par Pascale Morinière

Publié hier à 13 :08, mis à jour hier à 13 :08

Pascale Morinière est médecin généraliste et présidente des Associations Familiales Catholiques (AFC).


Le projet de réforme des retraites serait favorable aux femmes ?

Le gouvernement ne cesse de le répéter depuis des mois. Pourtant, l’affirmation ne tient pas devant un examen approfondi de ce que deviendraient les pensions des mères de famille dans la nouvelle configuration. Les Associations Familiales Catholiques ont alerté depuis des mois sur les insuffisances, voire les injustices, de ce projet pour les mères de famille.

Une étude chiffrée de l’Institut de la Protection Sociale (IPS) vient confirmer la perte de montant de pension qui en résulterait pour les femmes, et ce dès le premier enfant. Les « droits familiaux » représentent aujourd’hui 20 milliards d’euros et profitent pour 70 % de leur montant aux femmes. Ces droits familiaux se décomposent en trois branches. La Majoration de Durée d’Assurance (MDA) qui alloue aux parents, quel que soit le nombre d’enfants, 8 trimestres d’assurance par enfant élevé et bénéficie essentiellement aux mères. Dans 65 % des cas elle améliore le montant de la pension de la femme et, dans 20 % des cas, elle permet aux femmes d’avancer leur départ en retraite. À cela s’ajoute une majoration de 10 % de la pension de retraite pour les retraités qui ont élevé au moins 3 enfants. Et enfin les mères qui ont interrompu ou réduit leur activité pour élever un enfant bénéficient de l’assurance vieillesse du parent au foyer (AVPF), sous conditions de ressources. Parmi ces bénéficiaires, 27 % sont des allocataires très modestes.

Télécharger, imprimer et partager
 
Vign_Eric_Woerth

LA CLARTE ET LA SIMPLICITE SONT LES CONDITIONS D’UNE REFORME REUSSIE

Le député LR de l’Oise, président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, plaide pour d’autres choix afin d’assurer la pérennité du système français de retraites.

Eric Woerth

Les retraites ne sont pas un sujet comptable contrairement à ce que beaucoup pensent. C’est avant tout un sujet profondément humain, une affaire de vie. La retraite est le reflet de notre carrière, de nos choix professionnels et de notre vie familiale. Une petite retraite est le miroir d’un petit salaire. Il est donc bien normal que chaque nouvelle réforme stresse les Français au plus haut point. Mais loin de les rassurer, le gouvernement entretient aujourd’hui une confusion extrême alors qu’il devrait être d’une clarté extrême. Le brouillard est si épais qu’il devient difficile de répondre aux questions les plus simples que se posent les Français : quand est-ce que je vais partir à la retraite ? Combien vais-je toucher ? Le financement du système sera-t-il assuré ?

Le gouvernement a raison, il faut réformer à nouveau le système des retraites. Mais en posant un mauvais diagnostic, il accouche d’une mauvaise solution. Il s’appuie en effet sur un postulat erroné, celui d’un système des retraites qui serait structurellement injuste. Si certaines injustices perdurent et nécessitent d’être corrigées, comme la différence de traitement entre le public et le privé et entre le régime de base et les régimes spéciaux, ce n’est pas pour autant qu’il faut dynamiter tout le système !
 
Vign_Adherez
 
Vign_Adherez

 

Avez-vous pensé à renouveler votre adhésion ?

Contactez-nous : famillesderetz@gmail.com