Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami

2, rue St Gilles 44210 PORNIC
 
Vign_Faire_un_don_AFC

Votre don est déductible de vos impôts : si vous êtes imposable, vous pouvez déduire de vos impôts 66 % du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable. Vous recevrez un reçu fiscal à la fin de l'année civile.

Vous pouvez aussi adresser un chèque à l'ordre de la CNAFC à l'adresse suivante : CNAFC, 28 Place Saint-Georges 75009 Paris
 
Vign_EXSPECTO

Le projet qui porte un si beau nom œuvre pour que les espaces d'accueil médicaux soient des lieux où ces trois actions se conjuguent en même temps. 

 

Médecins, sages-femmes, infirmières, thérapeutes, secrétaires médicales...Ce site internet est fait pour vous:

 

vous qui souhaitez insuffler la vie dans vos lieux d'accueil et de consultation, ou qui, comme Arnaud, pensez qu'il est important de prendre soin de vos patients dès la salle d'attente. Vous qui fondez votre mission professionnelle sur la certitude que la vie est précieuse mais aussi fragile, et qu'elle vaut tous les efforts et les soins que vous prodiguez jour après jour.

ExSpecto est né de la volonté d'accompagner le projet de tous les soignants qui cherchent à accueillir leurs patients autrement - et d'une intuition: celle que de belles images soigneusement sélectionnées ont ce pouvoir. 

C'est le fruit de la réflexion et du travail d'une équipe motivée et de l'investissement de la CNAFC. C'est aussi la contribution souvent gracieuse d'artistes qui ont cru dans le projet et ont voulu contribuer à une belle cause, celle de l'enfant à naître pour cette première édition. 

Nous y croyons tellement que ce site n'a pas de vocation commerciale. Par conséquent, l' affiche que vous commanderez ici vous est offerte, avec la libre possibilité pour vous de soutenir l'initiative des AFC par un don.

Vous trouverez tous les détails concernant la commande d'affiche ici.

ExSpecto se propose également comme un moyen pour les soignants de partager leurs idées, leurs initiatives et leurs réussites autour de l’accueil des patients, en particulier dans la salle d’attente.  Vos  expériences, vos réalisations in situ, vos trouvailles, vos suggestions et même vos interrogations nous intéressent et ont leur place sur exspecto.fr : venez nous en faire part via le formulaire de contact.

 

Bonne visite sur exspecto.fr !

 
Vign_Sondage_AV

SONDAGE PMA :

RÉACTION D’ALLIANCE VITA À L’ANNONCE D’EDOUARD PHILIPPE

Alliance VITA rend public le sondage réalisé par l’IFOP à la veille de la fête des pères. Ce sondage atteste l’attachement des Français au rôle du père pour l’enfant : 91% des sondés pensent que le père a un rôle essentiel et 79% que les enfants qui n’ont pas connu leur père sont défavorisés ; la majorité des Français (55%) est opposée à une PMA qui priverait un enfant de père.

Lire le sondage

 
Vign_Besoin_de_pere

En exclusivité pour Atlantico, le collectif "Besoin de (re)pères" publie une tribune sur la question de la PMA et sur la figure du père.

ATLANTICO : Besoin de repères

 
Vign_Figaro

LA FETE DES PERES, UN ACTE MILITANT POUR LES OPPOSANTS A LA PMA POUR TOUTES

Tags sur la voie publique, détournement de slogans… leurs initiatives font polémique.

FAMILLE Les anti-PMA s’emparent de la Fête des pères. Alors que le premier ministre vient d’annoncer que le débat parlementaire sur la loi de bioéthique aurait lieu fin septembre, les opposants à la « PMA sans père » misent sur ce traditionnel événement de la vie de famille pour exprimer leur désaccord. Au cœur de leur discours : la défense de la figure paternelle et de son rôle dans la construction et l’éducation des enfants.

Lire l'article parue dans le Figaro du 15 juin 2019
 
Vign_Chapelle_de_Prefailles

EN ROUTE POUR GO-MESSE 

Vous souhaitez davantage de fraternité sur nos paroisses ?  L’écologie est importante pour vous ? Voilà deux excellentes raisons de vous inscrire tout de suite sur www.gomesse.fr  !

Comment ça marche? Tout simplement vous vous inscrivez et en fonction des horaires des messes dominicales autour de chez vous, le site vous redirigera vers les personnes ayant besoin d'une place pour se rendre aux messes déjà répertoriées sur "Messes infos"

Le parrainage de proximité du Secours Catholique en Pays de Retz

Parents, vous avez parfois besoin de souffler ? Parrains, vous avez envie d’accueillir un enfant chez vous ?   

Le parrainage de proximité est pour vous ! 

Mais qu’est ce que c’est ?

C’est une relation de confiance qui se tisse dans le temps entre des parents, un parrain/marraine et un enfant pour son épanouissement. Parrain et filleul partagent du temps ensemble, régulièrement et dans la durée (au moins une fois par mois). Deux bénévoles accompagnateurs, Catherine et Catherine, sont à leur côté tout au long de cette relation.

Lire la suite

 
Vign_Ecologie_humaine
 
Vign_Rioufol

APRÈS LA DÉROUTE DES LR AUX EUROPÉENNES, FAUT-IL INCRIMINER LA TÊTE DE LISTE, FRANÇOIS-XAVIER BELLAMY, COMME L’AFFIRMENT CERTAINS CADRES DU PARTI ?

POURQUOI LES REPUBLICAINS ONT PERDU

Ivan Rioufol

À quoi ressemble la France ?

 

 

LES MÉDIAS FONT LA CAMPAGNE DU GOUVERNEMENT SUR LE DOSSIER PMA

LE PRIX DES VOLTE-FACE

Guillaume Roquette Le Figaro le 23 juin 2019

Il y a peu de temps encore, Jean-Michel ­Blanquer était opposé à l’accompagnement des sorties scolaires par des mères voilées : il vient de faire adopter la disposition inverse dans sa loi sur l’école. Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin étaient, eux, hostiles à la PMA pour les couples de ­lesbiennes :

ils ­s’apprêtent à soutenir comme un seul homme une loi la ­légalisant.

Sans doute faut-il avoir l’échine souple pour passer chaque semaine la porte du Conseil des ministres. Et cette élasticité est d’ailleurs vieille comme la politique : L’Opportuniste, inoubliable chanson de Jacques Dutronc, date de 1968. Sous tous les régimes, il est généralement plus ­important pour un responsable politique de gagner les élections que de défendre des convictions.

« Les idées sont une prison », a dit un jour Jacques Chirac. Mais, dans le cas des ­ministres de droite d’Emmanuel Macron, il n’est pas exclu que ces volte-face aient leur part de sincérité. « Le mérite du ­débat démocratique, c’est de vous faire bouger », affirmait cette semaine Bruno Le Maire sur Europe 1 quand on ­l’interrogeait sur ses prises de position passées sur la PMA. On touche là à l’essence même du progressisme macronien : le mouvement devient la finalité de l’action publique.

Ce qui compte, c’est d’être « en marche ».

Mais en marche vers où ?

Dans un entretien roboratif ­accordé cette semaine au Figaro, l’essayiste François ­Sureau répond en une phrase : « L’Etat n’a plus d’autre fonction que de garantir les désirs. » Ce parti pris a l’avantage de garantir une forme de paix civile en cédant aux ­revendications des minorités qui cessent ainsi, au moins provisoirement, de réclamer des droits nouveaux. De plus, la satisfaction des désirs de certains est réputée ne rien ­enlever aux autres. Comme le rétorquaient les partisans de la loi Taubira à ceux qui s’y opposaient : « On n’empêche pas les hétéros de continuer à se marier. »

Mais la médaille a son revers.

Cette politique de garantie des désirs tient pour secondaire ce qui contribuait à donner à la société française son homogénéité. Les références culturelles communes, l’attachement à la famille et le civisme républicain apparaissent comme quantité négligeable ou vestiges d’un monde dépassé. L’individualisme devient la norme, l’Etat ne s’accordant plus la légitimité d’y résister.

Ce laisser-faire sociétal du gouvernement ne pose sans doute pas de problème majeur aux électeurs d’Emmanuel Macron, les membres du « bloc élitaire » qu’évoquait dans nos colonnes la semaine dernière le politologue Jérôme Sainte-Marie. Rares sont ceux qui verront les sorties ­scolaires de leurs enfants encadrées par des femmes ­coiffées du hidjab. Mais il n’en va pas de même dans les classes populaires. Elles assistent aux premières loges à la montée du communautarisme islamique et ne possèdent pas le capital économique et culturel pour échapper à ce face-à-face. C’est à l’Etat de les défendre.

Il ne le fait pas, comme il s’apprête à ne plus défendre le droit d’un enfant à avoir un père.

Singulière conception du progrès.

 
Vign_Ouest

La réforme de la loi bioéthique sera soumise au Conseil des ministres le 26 juillet. L’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, y compris les couples homosexuels, en constitue la mesure phare. Mais le casse-tête de la filiation n’est pas encore totalement résolu.

Dans son édition du dimanche 23 juin, le JDD dévoile le contenu de la nouvelle loi bioéthique. Promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron, confirmée par le Premier ministre Édouard Philippe dans son discours de politique générale du 12 juin, l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, et non plus seulement aux seuls couples hétérosexuels, en est la mesure phare.

Pourquoi une nouvelle loi bioéthique ?

La première loi bioéthique a été adoptée en 1994. Elle portait sur le respect du corps humain et sur l’utilisation des produits de ce corps. Elle a été complétée en 2004 (interdiction du clonage à visée reproductive, ouverture limitée de la recherche sur les embryons), en 2011 (autorisation du don croisé d’organes, autorisation de la congélation ultra-rapide des ovocytes), et en 2013 (autorisation encadrée des recherches sur l’embryon, uniquement à visée thérapeutique).

Le projet de loi, qui sera présenté en Conseil des ministres le 26 juillet, dont le JDD dévoile le contenu ce dimanche, entend trouver un « point d’équilibre entre ce que la science propose, ce que la société revendique et les valeurs fondamentales qui soutiennent l’identité bioéthique de la France […] tout en accordant une place particulière aux situations de souffrance, voire de drame que rencontrent certaines personnes ».

Quelles nouveautés en matière de PMA ?

L’article premier dispose que « tout couple formé d’un homme et d’une femme ou de deux femmes ou toute femme non mariée a accès à l’assistance médicale à la procréation ».

Jusqu’à présent seuls les couples hétérosexuels pouvaient y avoir recours L’accès de la PMA a toutes les femmes était une promesse de campagne du candidat Marcon.

« De nombreuses études scientifiques montrent que les enfants élevés par des couples homoparentaux sont aussi heureux que les autres ; ils peuvent trouver un modèle paternel par ailleurs », justifie la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, dans un entretien au JDD.

L’âge limite du recours à la PMA sera fixé par décret. Son remboursement par la Sécurité sociale est aujourd’hui limité à 43 ans.

Quels seront les effets sur la filiation ?

« Il faut établir une filiation qui a la même portée et les mêmes effets que la filiation biologique ou adoptive sans bouleverser le droit de la filiation actuel », cadre Agnès Buzyn, dans le JDD.

Le texte de loi prévoit que les personnes désirant recourir à la PMA pourront déposer une « déclaration anticipée de volonté » de devenir parent devant un notaire.

« Aucun lien de filiation » ne serait ainsi « établi entre l’auteur du don [de gamètes] et l’enfant issu de la procréation ». La reconnaissance anticipée de parentalité serait inscrite sur l’acte de naissance. Problème : faut-il réserver cette mesure aux seuls couples homosexuels ou l’élargir aussi aux couples hétérosexuels ?

Dans le premier cas, les associations LGBTQ dénoncent par avance une discrimination. Dans le second, la transparence inquiète.

 
Vign_Journal_du_dimanche

EXCLUSIF - PMA, filiation, embryon... : les 10 principaux points du projet de loi

Voici le détail du projet de réforme sur la bioéthique qui prévoit - notamment - l'extension de la PMA aux lesbiennes et aux femmes seules.

Le tant attendu projet de loi "relatif à la bioéthique", qui doit concrétiser la promesse présidentielle d'étendre la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, est (presque) prêt. Outre cette mesure sociétale phare et la révolution de la filiation qu'elle implique, il englobe, comme les textes bioéthiques précédents, bien d'autres sujets. Revue des points essentiels. Et de ceux qui restent à trancher.

Accéder à l'article

 

 
Vign_Promouvoir_la_vie

Chers amis,

 

Le 7 juin, le Sénat votait l’allongement du délai légal de l’avortement de 12 à 14 semaines. Ils étaient 20 parlementaires présents. Heureusement, 4 jours plus tard, en deuxième délibération, cet amendement était finalement rejeté.

 

Mais le risque reste grand : Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat, considère « l’allongement raisonnable des délais légaux de l’IVG » comme « une avancée pour les droits des femmes et la santé des femmes ». Une proposition de loi devrait être présentée à l’automne.

 

Or, nous le savons, l’avortement est toujours un échec et une grande souffrance. 216 000 IVG ont lieu chaque année en France.

 

Comment pouvons-nous agir pour éviter ces drames et soutenir les couples, les femmes seules, les soignants ?

  • Bien sûr, nous ferons entendre notre voix, auprès des parlementaires et plus largement.

Mais nous devons agir aussi pas à pas, en insufflant une culture de vie dans nos familles, nos lieux de vie, nos environnements professionnels et associatifs.

Ainsi les AFC viennent de mettre en ligne exspecto.fr, un site internet destiné aux médecins, sages-femmes, infirmières, secrétaires médicales pour témoigner de la beauté de la vie dès la salle d'attente : nous leur proposons des photos de maternité, de paternité, des images symbolisant l’éclosion de la vie, des reproductions d’aquarelles de l’enfant in-utero (voir ci-dessous 3 exemples). Nous avons particulièrement soigné la qualité esthétique de ces affiches pour rendre compte de la beauté de la vie naissante par l’image.

De nombreux soignants ont manifesté leur intérêt pour ce projet, pour « habiter » autrement les salles d’accueil et de consultation et pour y prendre davantage soin de leurs patients.

 Même si plusieurs artistes ont offert des œuvres gracieusement, nous devons réunir 20 000 € pour financer la création du site internet, l’impression des affiches, les frais postaux.

Pouvez-vous nous aider à financer cette nouvelle action en faisant un don ?

Face à la tristesse, à l’angoisse, au repli de ceux qui redoutent l’enfant à naitre, nous témoignerons, grâce à vous, que la vie naissante est d’abord un cadeau magnifique.

Par avance, un grand merci.

Pascale Morinière

Présidente de la CNAFC

 
Vign_Defaite_des_peres_2

PROJET DE LOI BIOÉTHIQUE :

QUI PENSE AUX ENFANTS ?

 

Les familles catholiques ne baissent pas les bras !

La Confédération des associations familiales catholiques mène des actions au niveau national auprès des pouvoirs publics. Elle a été reçue le 25 avril par Adrien Taquet, secrétaire d'Etat en charge de la protection de l'enfance auprès d'Agnès Buzyn, ministre de la Santé et le 11 juin par la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet. Elle leur a redit sa très ferme opposition à une réforme de la loi. La CNAFC  a rappelé combien la loi sur le " Mariage pour tous " avait suscité de clivages et de rancœurs dans notre pays.

Localement, l'AFC du Pays de Retz a été de tous les combats et au moment des élections européennes elle a dénoncé l'amalgame qui était fait dans les médias en assimilant les familles catholiques à des extrémistes parce que la grande majorité soutenait la ligne politique défendue par François-Xavier Bellamy. Emmanuel Macron a considéré que le faible score des Républicains pouvait être considéré comme un soutien implicite à sa politique sociétale. De ce fait, Edouard Philippe a annoncé dans son discours de politique générale à l'Assemblée Nationale, la présentation d'un projet de loi de bioéthique fin juillet au Conseil des ministres pour une discussion fin septembre au Parlement. Ce projet de loi inclura la généralisation de la " PMA " aux femmes célibataires et aux couple s de femmes.

Depuis l'ouverture des Etats Généraux de la bioéthique, l'AFC du Pays de Retz a dit sa totale désapprobation.  Ce projet priverait délibérément des enfants de père et serait la dernière marche avant la légalisation de la GPA. Cette évolution changerait profondément le droit de la famille et de la filiation dans notre pays. Aujourd'hui, ce droit est fondé sur la référence biologique à la paternité et à la maternité. Demain, il pourrait être fondé sur le seul " projet parental " ou sur le désir - par essence mouvant - des adultes. Comment les enfants se construiront-ils psychiquement alors que leur état civil leur reconnaîtrait une prétendue " double filiation maternelle ", par nature impossible ?

Ce projet ouvrirait aussi la voie à la commercialisation des produits du corps humain : le Conseil d'Etat chiffre à plusieurs centaines le nombre de donneurs de sperme manquant. La tentation pourrait devenir grande de rétribuer le " don " ou d'acheter du sperme dans les banques de sperme étrangères, notamment au Danemark. La sélection des " donneurs " induit, en outre, une démarche eugéniste.

L'AFC du Pays de Retz se prépare à résister par tous les moyens, y compris par la manifestation, à cette transgression lourde de conséquences.

"Quand la famille va bien, c'est la société qui se porte mieux".

Il est vital de renforcer notre voix par celles de tous parents ou grands-parents qui partagent avec nous les mêmes repères, les mêmes convictions et la même vision de l'avenir.

Contact : famillederetz@gmail.com 

 
Vign_Adherez
 
Vign_Tugdual_Projet

Quelques verbatim extraits de l’émission :

« La Ministre de la santé vient d’exprimer un mépris très fort pour notre mobilisation : « Ils n’attendent que cela pour exister » ; depuis plus de 30 ans je me bats pour des enfants, j’accueille et j’accompagne des enfants qui ont été privés de père par des accidents de la vie. Et voilà qu’une loi va organiser l’effacement, l’escamotage du père ? Et plus encore, l’effacement de 50% des origines biologiques, généalogiques d’un enfant ? C’est pour l’enfant que nous nous mobilisons.« 

« Le président de la République avait effectivement promis un débat apaisé ; ce n’était pas un engagement de son programme de campagne. Nous allons nous engager pour que les Français de demain ne soient pas privés délibérément de père par des systèmes de procréation artificielle, par des filiations qui sont bricolées. »

« J’ai été dans le bureau du Garde des Sceaux pour en discuter pendant deux heures, il n’y a pas de solution possible qui respecte profondément l’enfant dans cette histoire. On va inventer des filiations avec deux mères, dont l’une sera une vraie mère qui aura accouché de l’enfant, et l’autre sera une mère qui sera à demi mère, fausse mère au fond ; ça va être extrêmement violent pour ces deux femmes. »

« Et puis, il s’agit aussi de donner des enfants à des femmes célibataires, qui n’ont pas de problèmes médicaux, qui n’ont pas de problèmes d’infertilité, de même que les couples de femmes. Donc on détourne la médecine, on détourne les fonds publics qui n’ont pas besoin de cela, au profit d’un basculement vers le droit à l’enfant, l’enfant-objet, et vers la GPA. »

« Je reprends à mon compte les propos du Premier ministre (je les cite) : « Nous nous opposons résolument à la PMA pour les couples homosexuels féminins et à la GPA, qui au nom de l’égalité ne manquera pas d’être réclamée par la suite ». Il s’est renié, mais nous portons cette parole car il est profondément indigne que l’Etat organise cet escamotage, cette amputation du père pour l’enfant. »

« On nous a pris pour des andouilles : on nous a promis qu’il n’y aurait pas la PMA, le Premier Ministre actuel nous l’a promis, maintenant on nous promet qu’il n’y aura pas la GPA… donc nous sommes mobilisés très fortement pour l’enfant. Sans être j’espère stigmatisés, dans la mesure où nous travaillons avec des professionnels de l’enfance qui savent à quel point les enfants souffrent. »

« Notre mobilisation prendra toutes sortes de formes : auprès des parlementaires, dans la rue, mais surtout en expliquant aux Français la réalité de cette loi. 91 % des Français estiment que le rôle du père est essentiel, 79% des Français estiment que les enfants privés de père sont défavorisés par rapport à ceux qui ont leur père et leur mère, et 55% estiment qu’il n’est pas légitime de priver un enfant de père par la PMA. »

« L’APGL se victimise, comme en témoignent ces propos de 2014 : « L’homoparentalité conserve toute la puissance de subversion qui permet d’exploser le modèle, en prônant la co-parentalité, en revendiquant la possibilité d’avoir plus de deux parents. » Nous ne voulons pas que les enfants soient privés de père par une « explosion du modèle ». Il y a assez de souffrances aujourd’hui par manque de pères, pour que nous puissions résister à l’amputation du père par des personnes qui ont des revendications extrêmement subversives.« 

 
Vign_Juriste
 
Vign_Lambert

LE GOUVERNEMENT SE POURVOIT EN CASSATION DANS L'AFFAIRE VINCENT LAMBERT

Le gouvernement français a déposé vendredi un pourvoi en cassation dans l'affaire Vincent Lambert, contre la décision de la cour d'appel de Paris ordonnant la reprise des traitements de ce patient tétraplégique en état végétatif irréversible depuis dix ans.

Une déclaration de pourvoi a été déposée aujourd'hui en fin de matinée auprès de la Cour de cassation pour le compte des ministères parties», a indiqué le ministère de la Santé à l'AFP.

François-Xavier Bellamy en se prononçant contre l'arrêt des soins pour Vincent Lambert avait permis que Emmanuel Macron s'adresse à la Cour d'appel de Paris pour suspendre la décision (la Justice est indépendante !)

Les élections passées et François-Xavier Bellamy n'ayant convaincu que 8.5% des électeurs, Emmanuel Macron pense que désormais il y a un consensus pour autoriser la PMA, la GPA, l'euthanasie...

22% de votes Emmanuel c'est 4 400 000 de votes favorables soit 10% des électeurs 

Ce n'est plus de la démocratie mais de la dictature  Emmanuel Macron fait partie des dirigeants européens qui veulent mettre fin à l’ambivalence. « Il faut sortir de l’hypocrisie qui consiste à penser que l’on peut ouvrir de nouveaux chapitres dans la négociation avec l’Union européenne, ce n’est pas vrai », a-t-il dit. Il a aussi appelé Ankara « à respecter l’État de droit ».!!!

 
Vign_TDradio

CHANGEMENT DE REGARD

"Même aux épreuves les plus douloureuses - voire choquantes, comme la perte brutale d'un être cher - on trouvait au moins cinq conséquences positives"

Tugdual Derville, co-initiateur du Courant pour une écologie humaine, s'appuie sur la pensée de Viktor Frankl pour apprendre à tirer un bien d’un mal.

Positiver

Contactez-nous : famillesderetz@gmail.com