Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami

2, rue St Gilles 44210 PORNIC
 
Vign_AFC_politique_familiale

L’année 2017 a enregistré une nouvelle baisse du taux de natalité en France qui s’explique notamment par la remise en cause de la politique familiale en France. Est-elle suffisamment valorisée, suffisamment attractive pour inciter les couples à agrandir leur famille ? Le travail domestique est-il suffisamment reconnu pour permettre aux parents de renoncer à leur vie professionnelle lors des premières années de l’enfant ? Autant de points à mettre en exergue avant d’évoluer vers une politique familiale plus juste

Qu’entend-on par politique familiale ?

 
Vign_Fotolia_123596974_S

L’IGAS a rendu public, le 12 juin 2018, son rapport sur l’évaluation de la loi fin de vie de 2016 : trente recommandations sont préconisées pour rendre son application plus homogène et renforcer la prise en compte des personnes les plus vulnérables.

Ce rapport, très attendu, a été demandé par la ministre de la Santé en novembre 2017 avec pour objectif « d’évaluer l’application de la loi notamment en ce qui concerne la formation des professionnels de santé, la mise en œuvre des directives anticipées, la désignation des personnes de confiance, l’accès aux soins palliatifs sur l’ensemble du territoire et de la mise en place de la sédation profonde en établissements sanitaires, en HAD mais aussi en EHPAD ou à domicile. »

Le rapport invite à « des ajustements limités des textes législatifs et réglementaires en vigueur » en rappelant que « la stabilité du cadre juridique est une condition de sa bonne appropriation par les professionnels et par les personnes en fin de vie, leur famille et leurs proches ». Selon les rapporteurs, « une dynamique encourageante dans la prise en charge de la fin de vie et la culture palliative a été impulsée par la loi du 2 février 2016 » dont les textes réglementaires ont été rapidement adoptés. Malgré le peu de recul pour évaluer l’application de la loi, seulement deux ans, ce travail riche s’inscrit dans la volonté d’améliorer la prise en charge de la fin de vie, sans gommer la complexité des situations.

Lire la suite

 
Vign_Impots_IR

Retenue à la source : les futurs retraités grands gagnants

Les salaires de leur dernière année d’activité ne seront pas taxés.

Cela devient maintenant une habitude, le Gouvernement segmente ses informations pour la cibler sur une catégorie menacée. Aujourd'hui, c'est le retraité qui cessera son activité en fin 2018 qui est le grand gagnant du dispositif "retenue à la source"

 

Le retraité imposable qui partira en retraite le 31 décembre 2018 (0.01 % de la population au maximum) sera le gagnant, c'est 99.99% de autres contribuables qui seront perdants. Mécaniquement l'impôt augmentera de 3% voir plus si l'inflation 2018 est proche de 2% puisque les contribuables paieront non plus sur la base des revenus 2017 mais sur la base 2019. L'année blanche, c'est le saut de puce pour taxer toutes les augmentations salariales 2018 et 2019 du même coup. 

Jours après jours, nous découvrons les complications qui naîtront dans le suivi du paiement de l'impôt du fait que son versement sera confié à un tiers (employeur ou caisse de retraite) qui ne détient pas les éléments de calcul de la dette de son salarié. 

L'Etat s'entête stupidement à vouloir améliorer sa trésorerie en se donnant l'illusion que cela réduira la dette. Pendant ce temps-là, il continuera de distribuer les gains de trésorerie et augmentera la dette...

Macron et son équipe montre une nouvelle fois leur amateurisme. Ils confondent vitesse et précipitation et comme les autres réformes elles seront gâchées. Il ne suffit pas de rabâcher sur tous les médias que la France va mieux. 

MACRON va fâcher définitivement les contribuables avec l'administration fiscale.

Les Républicains tétanisés menacés à droite comme au centre sont incapables de réagir face à cette arnaque fiscale

EMPLOI À DOMICILE : L’IMPÔT SOURCE… DE COUACS

Le prélèvement à la source, prévu à partir de janvier, inquiète les particuliers employeurs. Devront-ils calculer eux-mêmes le net à payer ? Car le système informatique pourrait ne pas être prêt.

Repères

C’est quoi l’impôt à la source ?

Le prélèvement sur le salaire de l’impôt sur le revenu. À partir de fin janvier 2019, la paie atterrira dans le compte en banque amputée du montant de l’impôt. Entre-temps, ce dernier aura été prélevé par l’employeur et reversé à l’État.

 
Vign_Impots_IR

 

PRELEVEMENT A LA SOURCE : PAYEZ D'ABORD, ET ON DISCUTE APRES !

 

FIGAROVOX/ANALYSE - Virginie Pradel n'a pas de boule de cristal, mais elle prédit avec certitude un avenir fiscal compliqué pour les ménages français. Avec le prélèvement à la source, ceux-ci vont en effet faire une avance de trésorerie à l'État, qui ne leur reversera leurs avantages fiscaux qu'un an avantages fiscaux qu'un an après, et uniquement sur demande !


 

 
Vign_Impots_IR

LES CHAUSSE-TRAPPES À VENIR DU PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE

Guillaume Guichard (lefigaro.fr)

 

« UNE MESURE très attendue par les citoyens. » Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, vante le prélèvement à la source, mis en œuvre à partir de janvier 2019, avec presque les mêmes mots que son prédécesseur socialiste, Christian Eckert.

 

Certes, comme le ministre le martèle, cette réforme de la perception de l’impôt présente l’avantage de faire disparaître le décalage d’un an entre les revenus gagnés et les impôts payés dessus.

 

En théorie.

 

 

«LA TAXE FONCIERE RISQUE DE DEVENIR ACCABLANTE POUR LES PROPRIETAIRES »

Par PATRICE CAHART  Publié le 10/06/2018 à 17h48

 

ANALYSE - La suppression de la taxe d'habitation décidée par Emmanuel Macron va vraisemblablement entraîner une pression fiscale très forte sur les propriétaires et rendre inéluctable une hausse de la TVA, argumente Patrice Cahart, ancien directeur de la législation fiscale*.

La suppression de la taxe d'habitation n'est pas judicieuse. Il s'agit de notre seul impôt citoyen, acquitté par environ 88 % des ménages, contre 42 % seulement pour l'impôt sur le revenu. C'est surtout par lui que les habitants perçoivent l'évolution de la dépense locale. En détruisant cet indicateur, on inciterait aux comportements irresponsables.

 

Afin de justifier l'abandon sur trois ans de la taxe d'habitation pour 80 % des contribuables, puis son élimination quasi-totale pour les autres contribuables les années suivantes, on a mis en avant l'injustice de ses bases, non révisées depuis 1970. Mais pourquoi diable ne pas l'effectuer, cette révision ?
 
Vign_Embryon_et_BStreb
 
Vign_Blanche_Streb
Mercredi 18 avril 2018,


Alliance VITA a organisé une soirée de présentation et de dédicace, à l’occasion de la sortie du livre de Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche d’Alliance VITA: Bébés sur mesure – Le monde des meilleurs (éditions ARTEGE).

 

Pourquoi ce livre ?
 

Ils transforment la société par la bienveillance !

Vign_Ecologie_humaine
 
Vign_Temoignage
 
Vign_Infertilite

INFERTILITÉ FÉMININE : UNE DÉCOUVERTE PROMETTEUSE

Des chercheurs de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et de l’université de Lille ont récemment découvert la cause du syndrome des ovaires polykystiques ou « SOPK » qui concerne environ une femme sur dix en âge de procréer et qui est l’une des premières causes d’infertilité féminine. 

Ces travaux effectués sur des souris, sont très prometteurs. Une étude publiée dans la revue Nature Medicine montre un lien entre le SOPK et l’exposition prénatale, dans l’utérus, à un facteur de croissance, l’hormone anti-müllérienne (AMH). Or, cette hormone est responsable d’un déséquilibre hormonal dans l’utérus et donc chez les fœtus féminins.

Lire la suite

 
Vign_Finlande

FINLANDE : LE PARLEMENT REJETTE LA LEGALISATION DE L’EUTHANASIE

 

Le 13 mai dernier, les députés finlandais ont rejeté, par 129 voix contre 60, une proposition de légaliser l’euthanasie.

Cette proposition avait été soumise par un député du Rassemblement national suite à une initiative populaire demandant la légalisation de l’euthanasie. Le parlement a soutenu l’avis de la commission des Affaires sociales et de la Santé, défavorable à la légalisation, de créer un groupe de travail pour améliorer les soins palliatifs.

L’euthanasie reste très minoritaire en Europe et n’est légalisée que dans trois pays : les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg.

 

Euthanasie : les dérives.
 
Vign_Portugal

SONDAGE : LA MAJORITÉ DES PORTUGAIS OPPOSÉE À L’EUTHANASIE

Un sondage sur les soins palliatifs et l’euthanasie a été publié, le 18 mai 2018, sur la plateforme portugaise « Pensar & Debater » révélant qu’ une large majorité de la population préfère le développement des soins palliatifs à la légalisation de l’euthanasie.

Ce sondage a été effectué alors que plusieurs propositions de lois ont été déposées par des partis de gauche ; elles visent la légalisation de l’euthanasie et seront débattues le 29 mai prochain.

Il ressort de cette enquête effectuée par L’Instituto de Marketing Research (IMR) qu’une minorité de la population portugaise serait favorable à l’euthanasie (seulement 7%). 89% des personnes interrogées affichent une préférence pour les soins palliatifs et l’accompagnement en cas de maladie grave.

Lire la suite

 
Vign_Tugdual_Edito

Depuis le début de l’année 2018, Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, présente chaque vendredi matin un Édito de 3 minutes sur un sujet de bioéthique ou de société, dans l’émission « la Matinale » de RCF. Le 18 mai, le sujet de son édito était « Vous avez dit homophobe ? ».

«  Le jour où débutent les débats parlementaires pour évaluer la loi bioéthique à réviser tombe, statistiques à l’appui, un mot qui soudain tétanise : homophobie ! C’est une officine médiatisée qui le brandit. Son nom, c’est son programme, apparemment incontestable : SOS homophobie. Mais l’homophobie est un concept à tiroirs. Et c’est là que les choses se corsent. (…)  »

Pour écouter l'émission dans son intégralité, cliquez
 
Vign_mes_enfant

SILENCE, MAMAN GOUVERNE ! ROBERT PLANT TOUJOURS VERT

 

Frédéric Beigbeder Le Figaro Magazine - vendredi 8 juin 2018

 

Il y a des semaines où, franchement, ce métier de lecteur public devient trop pénible. Je vous avoue qu’en lisant Si souvent éloignée de vous de Marlène Schiappa, j’ai failli perdre le feu sacré. On se trouve devant ce déballage comme une poule devant un couteau. Dans le match victimaire, Mme Schiappa bat Édouard Louis par K.-O.

 

Voici encore un livre qui dessert la noble cause qu’il prétend défendre.

 

La dernière page de couverture annonce humblement :

« Telle une Madame de Sévigné moderne, Marlène Schiappa écrit à ses filles dès qu’elle part en déplacement. »

 Elle doit se déplacer souvent : Mme Schiappa a publié 17 livres en huit ans.

 
Vign_Vita_et_les_vieux

AVIS DU CCNE SUR LES ENJEUX ÉTHIQUES DU VIEILLISSEMENT

Dans un avis rendu public le 17 mai 2018, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) pointe les enjeux éthiques du vieillissement, spécialement les risques d’exclusion sociale.

Les auteurs de l’avis dénoncent une forme de dénégation collective vis-à-vis des personnes âgées dépendantes qui peut se traduire par une maltraitance, une exclusion sociale et même une ghettoïsation de celles-ci.Le texte rappelle que le nombre de personnes âgées dépendantes en France, supérieur au million en 2010, est estimé à 1.5 million en 2030.

 

 
Vign_Chapelle_de_Prefailles

UNE MESSE UNIQUE POUR NEUF CLOCHERS À PRÉFAILLES

Le plateau de la chapelle de Préfailles accueillera une messe commune des paroissiens de Saint-Jean-Baptiste-en-Retz et Saint-Gildas-de-la-Mer, dimanche.

LE DIMANCHE 17 JUIN, à 10h30

Les paroisses Saint-Gildas-de-la-Mer et Saint-Jean-le-Baptiste-en-Retz proposent une messe unique à Préfailles, sur le plateau de la chapelle, à 10 h 30. En cas de météo capricieuse, la messe serait célébrée dans la chapelle de Tharon, qui peut accueillir plus de 1 000 personnes.

Cette célébration concerne les paroissiens de neuf clochers, une première ! Les paroisses Saint-Jean-le-Baptiste-en-Retz (5 clochers) et Saint-Gildas-de-la-Mer (4 clochers) sont étroitement unies pour l’animation chrétienne du territoire. Ce sera un temps fort de rassemblement et d’unité.

Le covoiturage est vivement encouragé…

À tous, il est conseillé d’apporter son « pliant » et… un couvre-chef.

Chacun pourra prolonger ce rassemblement dominical en apportant son repas avec un dessert partagé à déposer sur un buffet   Tél. 02 40 82 01 43.

Nous célèbrerons ensemble l’Eucharistie, source de la vie chrétienne.

Nous partagerons la joie de nous retrouver en frères. Nous nous laisserons enseigner par la Parole de Dieu qui nous envoie servir nos frères et leur annoncer l’évangile

Nous serons ensemble pour partager la joie d’être disciples du Seigneur, ensemble pour que le Seigneur fasse de nous des missionnaires auprès de tous ceux qui ne le connaissent pas, comme nous y encourage le pape François

Lire la suite

 
Vign_Et_ton_pere

Au lendemain de la consultation citoyenne des Etats Généraux de la Bioéthique et à quelques jours de la fêtes des pères, Alliance VITA a voulu connaître l’avis des Français sur la paternité.

Depuis de nombreuses années, Alliance VITA est sensible à cette question en raison de témoignages innombrables reçus sur chacun de ses deux services d’écoute, SOS Bébé et SOS Fin de vie, exprimant pour beaucoup le rôle déterminant ou, à l’inverse l’absence douloureuse des pères lors des grandes épreuves de la vie. En 2015, l’association avait déjà réalisé, avec ses équipes, une grande enquête de rue « Un siècle de filiation » auprès de milliers de Français de tous âges à propos de leurs relations comparées à leur père et à leur mère.

 

Accéder à l'article de La Croix

Voir le sondage en images

 

RÉVISION DE LA LOI BIOÉTHIQUE 2018

NON

à la légalisation de la PMA sans père

OUI

au droit de chaque enfant d'être élevé par son père et sa mère 

si la PMA et la GPA vous révoltent,

si vous pensez que c'est votre devoir de parent de vous y opposer

distribuer le samedi 16 juin dans tous les boîtes à lettres LE TRACT

Vign_famille_16_juin
 

POURQUOI UN COLLECTIF DES PÈRES INDIGNÉS

Pour rappeler :

  • qu'un père, c'est un repère pour un enfant ;
  • qu'un enfant a besoin de son père;
  • le droit fondamental pour un enfant de connaître ses racines ;
  • notre souhait de limiter l'accès à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) aux couples  femme/homme confrontés à l'infertilité ; 
  • que le droit DE l'enfant passe devant le droit À l'enfant ;

Pour alerter nos concitoyens sur les dérives de la PMA sans père :

  • la création d'orphelins de père
  • la réduction du rôle du père à celui d'un « fournisseur de spermatozoïdes »
  • la marchandisation du corps humain
  • le risque d'eugénisme
  • l'inévitable légalisation de la GPA (Grossesse Pour Autrui)

Messieurs, mobilisons-nous pour rappeler notre rôle essentiel de père dans l'éducation et la sécurité affective de nos enfants !

 

Messieurs n'oubliez pas :

 

En 1999 : loi sur le PACS, les politiques juraient que jamais on ne légaliserait le mariage entre personnes de même sexe... 

 

Et pourtant en 2013 : le mariage pour tous a été légalisé, les politiques juraient que jamais on ne légaliserait la PMA sans père..

 

Et pourtant dès 2018 : le débat sur l'ouverture de la PMA sans père est ouvert, tout en jurant que la GPA ne sera jamais légalisée..  Et vous y croyez ?


Messieurs ne soyez pas naïfs,

 

si aujourd'hui la PMA sans père est légalisée demain c'est la GPA, véritable esclavage moderne, qui sera légalisée.

C'est notre devoir et notre dignité de pères de nous y opposer !

 

N'ayez pas peur, ne vous laissez pas abuser.

 

Nous sommes une large majorité de Français à être opposés à la PMA sans père : un sondage IFOP de janvier 2018, « Les Français et le débat sur la PMA » montre que 64% des personnes interrogées estiment que « l'État doit garantir aux enfants nés par PMA le droit d'avoir un père et une mère

 
Vign_Logo_AV_Pornic

Campagne de sensibilisation contre le marché de la procréation : juin 2018

Mardi 12 juin 2018, Alliance VITA lance en simultané dans plus de 60 villes en France une campagne d’alerte et d’information sur un des sujets majeurs des Etats généraux de la bioéthique : l’extension éventuelle des indications de la procréation médicalement assistée (PMA).

Une semaine après la remise du rapport sur les Etats généraux de la bioéthique au cours desquels Alliance VITA a été auditionnée par le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) mais aussi par l’Académie de Médecine, le Conseil Economique, Social et Environnemental et le Conseil d’Etat (CESE), les équipes d’Alliance VITA entendent sensibiliser le grand public dans la rue sur la gravité de ces enjeux. Cette action vise à alerter les Français sur les droits de l’enfant, aujourd’hui menacés.

 
Vign_B_streb_7juin

Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche d’Alliance VITA, était l’invitée de Frédéric Taddeï, le 7 juin 2018, dans le débat d’Europe Soir, dont le sujet était « Comment fera-t-on bientôt des enfants ? ».

Elle était face à Jean-François Bouvet, Docteur ès-sciences et professeur honoraire de chaire supérieure à l’Université Claude-Bernard à LyonMyriam Levain, Co-fondatrice du Magazine Cheek et Daniel Borrillo, Juriste. 

Ecoutez l'émission 

 
Vign_la_fin_de_la_mere

LA MATERNITÉ EST-ELLE ENCORE L'AVENIR DE L'HOMME

Selon la journaliste et historienne Lucetta Scaraffia, le modèle maternel s'efface de plus en plus devant le modèle paternel, la filiation naturelle devant la filiation sociale et juridique

Entretien. Mères porteuses, avortement érigé au rang de droit fondamental, femmes au foyer déconsidérées : quel regard portons-nous aujourd’hui sur la maternité ? interroge Lucetta Scaraffia.

Procréation médicalement assistée généralisée et gestation pour autrui qui se revendiquent de plus en plus, utérus artificiel en projet, implants contraceptifs contrôlables à distance : se développe dans notre société une véritable « privatisation de la maternité », « réduite à la réalisation d’un désir qui peut se réaliser sans la mère », dénonce Lucetta Scaraffia.

 

L’historienne et journaliste italienne, responsable du supplément féminin de l’Osservatore Romano, dénonce les ravages de la révolution sexuelle et d’un droit à l’enfant qui coupent la femme de sa nature profonde, sommée de brider sa fertilité et de reporter son désir d’enfant au moment opportun. « Le féminisme se tait devant cette défiguration de la femme », déplore l’essayiste dans un ouvrage qui retentit comme une sonnette d’alarme.

 

Téléchargez et imprimez l'entretien de Lucetta Scaraffia paru dans Valeurs Actuelles

 
Vign_TD_7_juin

Débat sur la PMA : Tugdual Derville invité sur ARTE

Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, était l’invité d’Elisabeth Quin sur ARTE, le 5 juin 2018 dans l’émission « 28 Minutes », dont le thème était « La PMA pour toutes, fin de la famille traditionnelle ? », alors que le rapport de synthèse des États généraux de la bioéthique, consécutif à des débats organisés de mi-janvier à fin-avril 2018, était rendu public ce mardi 5 juin, et remis à la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Il était face à Caroline Mécary, avocate spécialiste du droit de la famille et des personnes LGBT et Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE).

 
Vign_Jean_Louis_Robin

 Le quinquennat Macron est mis à mal par le désalignement des planètes

Choc pétrolier, guerre commerciale, hausse des taux : attention danger.

Jean-Pierre Robin Le Figaro - lundi 11 juin 2018

 

Pour comprendre le mode de fonctionnement d’un quinquennat présidentiel, mieux vaut se rappeler les règles de la tragédie classique française du XVIIe siècle et de ses cinq actes. Le premier est consacré à la présentation des personnages et de leurs projets. Puis au deuxième acte surgit un élément perturbateur remettant tout en question : dans le Britannicus de Racine, Néron décide tout à trac de répudier sa femme Octavie pour épouser Junie qui est amoureuse de Britannicus. Dans le troisième acte, les protagonistes cherchent une solution au drame. La tension s’aggrave au quatrième : « J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer », dit Néron de Britannicus, qui sera empoisonné au dernier acte, tandis que le despote s’abandonnera au désespoir.

 

Nous en sommes aujourd’hui au deuxième acte du quinquennat Macron, sa seconde année. Finis les programmes et les chants de l’aube, l’action est bien lancée. Mais un gros grain de sable est tombé du ciel qui plombe l’an II.

 

Le choc pétrolier va-t-il bloquer les rouages et dévier l’orbite de croissance de l’économie française, les 2 % espérés par le gouvernement en 2018 ?

..../

Impéritie, naïveté, impréparation, hubris du nouvel élu ?

« Il ne sait pas que l’Histoire est tragique », avait dit dans les années 1970 Raymond Aron à propos de Valéry Giscard d’Estaing.

Une ignorance partagée.

 

 
Vign_Aude_Mirkovic
 
Vign_figaro_pma

LES ANTI-PMA VEULENT ËTRE PRIS EN COMPTE

 

ÉTHIQUE : C’est une étape clé dans le long et houleux débat de la PMA pour toutes. Mardi, le Comité national consultatif d’éthique (CCNE) rend public un rapport chargé de lourdes attentes : son travail de synthèse sur les états généraux de la bioéthique.

Le sujet des demandes sociétales de PMA (procréation médicalement assistée) a indéniablement dominé les débats de cette grande consultation citoyenne où neuf thèmes ont été abordés, de l’intelligence artificielle aux examens génétiques en passant par la fin de vie.

Ces états généraux font partie du processus de révision de la loi de bioéthique, avec un texte qui doit être débattu à l’Assemblée nationale début 2019. Organisés entre janvier et avril, ils ont été marqués par la forte présence des opposants à l’extension de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules.

Ces derniers ont été écoutés durant cette période de débats, ils veulent à présent « être entendus ».Pour ce, ils espèrent que la synthèse du CCNE rendra compte d’un « dissensus » dans la société française sur ce sujet qui a fait tant de vagues pendant le quinquennat de François Hollande. Ce document sera notamment remis aux ministres de la Santé et de la Justice et à l’Opecst (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques).

Lire et imprimer l'article du Figaro publié le 5 juin

 
Vign_Ouest

LE QUOTIDIEN REGIONAL APPORTE SA CONTRIBUTION A LA CAMPAGNE DE BANALISATION DE L'ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION

Emmanuel MACRON est rentré dans l'arène, il "consulte" largement pour convaincre l'opinion que le progrès de la science doivent bénéficier à "Toutes et Tous". Et il va prouver que cela concerne la PMA. 

Il va contourner l'opinion général qui s'est imposé dans le débat des Etats généraux de la Bioéthique, comme il a fait avec le dossier NDDL. 

A propos, vous avez lu dans Ouest France du 5 juin, sur la même page que l'entretien reproduit ci-dessous que l'Etat offre un CDD de six mois à quinze nouveaux zadistes...dans 6 mois on aura oublié et tous les zadistes seront toujours à NDDL.

 

BIOÉTHIQUE : QU’EN ONT DIT LES CITOYENS ?

Des débats « électriques », de la pédagogie… Les États généraux de la bioéthique, dont la synthèse est présentée aujourd’hui, se sont déclinés en région. Par exemple, en Pays de la Loire.

QUEL BILAN EN PAYS DE LA LOIRE ?

Nous avons travaillé sur deux thèmes : « La médecine de demain, quelle place pour le patient ? ». Et l’assistance médicale à la procréation (AMP), un thème que l’on a baptisé de façon un peu provocante : « L’AMP pour tou-te-s ? » Dix débats ont été organisés (Cholet, Le Mans, La Roche-sur-Yon…). On a fait beaucoup de pédagogie. Mais il y a encore du chemin à parcourir. La synthèse, présentée par le Comité consultatif national d’éthique, servira d’outil aux parlementaires, qui réécriront la loi de bioéthique.

Sur la médecine de demain ?

Des interrogations se sont exprimées, mais pas d’angoisse véritable. La télémédecine notamment, dont il a été question à Laval, pourrait être une réponse aux déserts médicaux. Mais des participants ont, aussi, dit leur crainte d’une déshumanisation de la relation de soin.

Sur l’AMP, vous redoutiez des débats tendus…

Évidemment, le sujet est plus clivant.

Les salles étaient combles et nous avons refusé du monde… On a vu s’affronter des opinions sur un mode électrique, notamment à Nantes, où ça bouillonnait ! Il y a eu des invectives. Des militant(e)s, qui, soit, refusent une ouverture de l’AMP, soit souhaitent, au contraire, qu’elle devienne accessible à toutes les femmes, seules et en couple. J’ai regretté que ces débats se transforment souvent en tribune.

La démocratie est passée malgré tout. Mais nous avons constaté, chez beaucoup de participants, une méconnaissance de ce sujet.

Précisément ?

L’AMP est souvent perçue comme un arsenal thérapeutique dont on peut user librement. Sans s’imaginer que derrière, il y a la souffrance d’hommes et de femmes, seuls ou en couple, homo ou hétéro, qui désirent un enfant et sont confrontés à la lourdeur médicale de l’AMP, à la présence de médecins, d’infirmiers, de sage-femme dans leur intimité.

Cette dimension humaine est souvent oubliée dans les arguments des opposants.

Et puis, on croit que cette médecine du désir d’enfant peut répondre à toutes les difficultés. Or les taux de succès de l’AMP sont très modestes. Toutes indications, toutes techniques, tous âges confondus, les chances d’avoir un bébé sont d’environ 20 %…

LA SOCIÉTÉ EST-ELLE PRÊTE À OUVRIR L’AMP À TOUTES LES FEMMES ?

Je suis incapable d’avoir un sentiment là-dessus.

Précisément parce que la société n’était pas représentée dans ces débats. Seulement des positions extrêmes. En revanche, ce qui a été dit ne l’aurait certainement pas été il y a trente ans. Par exemple, on n’aurait jamais entendu, dans un amphi comme à Laval, deux jeunes femmes se lever et dire : « On est ensemble, on s’est mariées, on a essayé d’avoir un enfant en allant en Espagne… »

Recueilli par Carine JANIN.

UN ENFANT SUR TRENTE CONÇU GRÂCE À LA PMA

Un enfant sur trente né en France est conçu grâce à l’assistance médicale à la procréation (AMP ou PMA), a révélé l’Institut national d’études démographiques.

Différentes techniques médicales sont utilisées pour permettre à des couples infertiles d’avoir un enfant.

Parmi celles-ci, la Fiv (fécondation in vitro) représente 70 % des enfants. En 2015, 95 % des bébés conçus par AMP l’étaient avec les gamètes de leurs deux parents. Seules 4 % des naissances (1 000 enfants) sont issues d’un don de spermatozoïdes et 1 % d’un don d’ovocytes (250 enfants).

 
Vign_Affiche_60

UN DÎNER SUR LA PMA DISCRÈTEMENT ORGANISÉ À L’ÉLYSÉE EN PRÉSENCE D’EMMANUEL MACRON

Le 23 mai, Emmanuel Macron a reçu une vingtaine de personnes pour débattre de l’un des sujets les plus sensibles de la révision des lois de bioéthique : la procréation. Un dîner organisé dans la plus grande discrétion.

La soirée a duré plus de trois heures. Un dîner organisé autour d’Emmanuel Macron, réunissant des médecins et des experts, s’est tenu à l’Élysée, mercredi 23 mai, dans la plus grande discrétion. Il faut dire que le thème du jour – procréation et génomique – fait partie des plus sensibles de la révision à venir des lois de bioéthique.

Selon plusieurs participants, la question de la PMA, et de sa possible extension aux couples de femmes et aux femmes seules, a occupé la majeure partie de la discussion de la vingtaine de personnes présentes autour de la table. Chacun a eu une dizaine de minutes pour s’exprimer, au cours d’un premier tour de table, avant d’engager une discussion.

Les médecins, comme François Olivennes et Israël Nisand, ont franchement plaidé pour une extension de cette technique. Ce dernier, président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, a notamment réfuté la notion de « droit à l’enfant ».

ALLIANCE VITA

D’autres ont eu la parole. Comme le président de l’association des familles homoparentales (ADFH), Alexandre Urwicz, et une adhérente d’« IciMamaSolo », qui rassemble des femmes seules ayant eu recours à la PMA. Cette dernière a exposé sa démarche, qui l’avait conduite à l’étranger pour être inséminée ; elle a insisté sur « l’hypocrisie » de l’interdiction actuelle, en raison de l’existence de législations plus permissives dans des pays voisins.

Face à eux, Tugdual Derville, le délégué général d’Alliance Vita, et le père Brice de Malherbe, spécialiste de bioéthique, ont fait valoir leurs réserves sur l’évolution de la loi française sur ce point.

POUR LA « LIBERTÉ » DES CHERCHEURS

Les enjeux relatifs à la génomique ont ensuite été abordés, avec un plaidoyer du PDG de l’Inserm, Yves Lévy, pour la « liberté » des chercheurs, ainsi qu’une prise de parole du généticien Arnold Munnich.

De son côté, Emmanuel Macron a, semble-t-il, peu parlé, se contentant d’introduire les débats et de les clore, un peu après minuit. « Il a dit que nous étions désormais au carrefour des possibles, ouvert par la technologie, et que nous pouvions désormais introduire dans la loi quelques-uns de ces possibles », rapporte un participant. Selon plusieurs invités, le président ne s’est pas clairement exprimé en faveur de la PMA, restant dans une forme de neutralité.

Une attitude très différente de celle tenue lors d’un autre dîner à l’Elysée, mi-février, cette fois sur la fin de vie. Emmanuel Macron avait alors expressément fait part de ses réserves sur le suicide assisté. « Le suicide est toujours un acte violent », qu’il soit aidé ou non, avait ainsi déclaré le chef de l’État, ajoutant, soucieux de clarifier les définitions, que les mots « suicide » et « assisté » relevaient à son sens « d’un oxymore ».

Le 23 mai, d’autres personnalités étaient présentes : la ministre de la santé Agnès Buzyn, le président du Comité d’éthique (CCNE) Jean-François Delfraissy et le philosophe Frédéric Worms et la sociologue Irène Thery. Outre le père Brice de Malherbe, remplaçant pour l’occasion l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, retenu ce soir-là pour une soirée sur la bioéthique organisée dans une paroisse parisienne, François Clavairoly (président de la Fédération protestante de France) et le grand rabbin Haïm Korsia, faisaient partie des invités, au nom des cultes. Les représentants musulmans, de leur côté, s’étaient fait excuser, en raison du Ramadan.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Après ces consultations sur la fin de vie et la procréation, Emmanuel Macron devrait, dans les prochaines semaines, recevoir une troisième et dernière fois des experts autour d’un sujet moins médiatique mais sensible : l’intelligence artificielle et l’humanité augmentée.

Loup Besmond de Senneville

Lire aussi Macron consulte sur la fin de vie

 
Vign_Construire_demain

Bioéthique : Alliance VITA auditionnée par le Conseil d’État

Alliance VITA a été auditionnée le mercredi 23 mai 2018 par le Conseil d’État dans le cadre de la révision de la loi bioéthique.

Par lettre du 6 décembre 2017, le Premier ministre a demandé au Conseil d’État de procéder à une étude sur « le cadrage juridique préalable au réexamen de la loi relative à la bioéthique ».

Selon la même démarche entreprise pour l’élaboration des lois de 1994, 2004 et 2011, le gouvernement souhaite que le Conseil d’État puisse participer à la réflexion collective pour identifier des problématiques juridiques qui pourraient conduire à une évolution de la législation.

Lire la suite

 
Vign_Pma_Brexit

SUR LA PMA, DES DEPUTES LAREM S’IMPATIENTENT


MACRON VA CONDUIRE CE DOSSIER COMME CELUI DE NDDL :LAISSER LE DOSSIER APPAREMMENT EN SUSPENS POUR QUE SES AMIS LREM FASSENT LE BOULOT DE COMMUNICATION ET FAIRE PASSER EN FORCE L'EXTENSION DE LA PMA ...

Agnès Leclair

 

LA TENSION MONTE D’UN CRAN.

Les partisans et opposants à la PMA pour toutes commencent à se mettre en ordre de bataille. Mercredi, à moins d’une semaine de la remise d’un rapport sur les États généraux de la bioéthique, 47 députés de la majorité ont appelé dans Libération à ouvrir la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. Une tribune qui sonne comme un rappel à l’ordre alors que le gouvernement se montre depuis plusieurs mois, avare de déclarations sur ce sujet sensible.

 

Agnès Buzyn, en charge du dossier, s’est d’ailleurs montrée fort prudente, jeudi dernier, sur France Inter, indiquant ne voulant pour l’instant prendre aucune « position personnelle sur les sujets de bioéthique ». La PMA pour toutes est « un engagement de campagne du président de la République et nous avons été élus pour faire en sorte qu’il soit tenu », lancent les élus LaREM signataires de cette tribune, visiblement désireux de ne pas laisser le doute s’installer.

 

 
Vign_lettre_au_pape

Le 26 juin 2018, Emmanuel Macron sera en visite officielle au Vatican et aura une audience avec le Saint-Père.

C’est l’occasion de faire entendre notre voix, afin que le Pape François puisse préciser à Emmanuel Macron les inquiétudes de nombreux Français sur la PMA, la GPA et l’euthanasie.

Cette démarche est d’autant plus utile que ce 29 mai 2018, 50 députés En Marche ont signé une tribune afin de légaliser la PMA pour toutes le plus rapidement possible.

N’hésitez pas à prendre connaissance de notre lettre et de signer la pétition afin que nous envoyions cette lettre avec le plus de signataires au Très Saint-Père.

SIGNEZ LA LETTRE AU PAPE

 
Vign_Pma_Conseil

LOI SUR LA PMA : LA PRUDENCE DU GOUVERNEMENT

 

L’avis du Comité national d’éthique a été reporté à la rentrée. La ministre de la Santé se montre précautionneuse sur ce sujet.

AGNÈS LECLAIR

 

BIOÉTHIQUE Faut-il y voir une fébrilité du gouvernement ou une volonté de temporiser sur le calendrier de la PMA pour toutes ?

Les dernières déclarations de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, sur ce débat très sensible ont en tout cas semé la confusion.

 

La question est de savoir si le projet de loi sur la bioéthique proposera d’ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires.

 

 

Consciente d’avancer en terrain miné, la ministre de la Santé a indiqué jeudi sur France

Inter ne vouloir prendre aucune « position personnelle sur les sujets de bioéthique » pour « ne pas polluer le débat » avant la remise d’un rapport du Comité national consultatif d’éthique (CCNE).

 

Il faut dire que dans l’entourage de la ministre de la Santé on s’inquiète d’un débat risqué et d’un examen à l’Assemblée nationale difficile à cadrer, même au sein de la majorité, alors que ce sujet touche aux convictions intimes de chacun. La belle unité des députés macronistes sur les transformations économiques et sociales à mener pourrait en effet venir se briser sur ces thématiques sociétales. Même au gouvernement, les avis divergent. Car si la PMA pour toutes figurait bien au programme d’Emmanuel Macron, des ministres issus de la droite, Édouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, avaient pris position contre la PMA pour toutes lors de l’examen de la loi Taubira.

Éviter un débat aussi long et houleux que celui de 2013

 

La question du calendrier est par ailleurs traitée avec une extrême attention par le gouvernement. Pour l’exécutif, il s’agit bien évidemment d’éviter un débat aussi long et houleux que celui de 2013 sur le mariage pour tous. Tous gardent aussi en mémoire les atermoiements de François Hollande sur la PMA.

 

Le président avait opportunément conditionné l’agenda politique à un avis du Comité d’éthique.

 

Un avis qui a joué l’arlésienne pendant plus de trois ans.

 

L’évocation d’un léger report de l’avis du CCNE par la ministre de la Santé n’a donc pas manqué d’inquiéter les partisans de la PMA pour toutes.

  • « Nous rappelons la nécessité matérielle, sanitaire et sociale d’étendre la PMA dès cette année et dans les meilleurs délais », a réagi l’association SOS Homophobie sur Twitter.
  • « Je reste confiant et vigilant. Pour l’instant, le calendrier parlementaire n’a pas bougé », souligne pour sa part Alexandre Urwicz, de l’Association Des Familles homoparentales.

En fait, le Comité d’éthique travaille actuellement sur deux documents. Le premier, un rapport de synthèse sur la grande consultation citoyenne des États généraux de la bioéthique, sera remis début juin, comme prévu, à l’office parlementaire et aux ministres de la Santé et de la Recherche.

 

Si les Français se disent favorables à la PMA pour toutes dans les sondages, les opposants se sont imposés dans les États généraux de la bioéthique. Ce document pourrait donc souligner que le sujet continue de diviser. Un caillou dans la chaussure d’Emmanuel Macron, qui avait plaidé pour « construire le consensus le plus large possible » avant de légiférer.

 
Vign_Schiappa

LOI SCHIAPPA : L’ENFER EST PAVE DE BONNES INTENTIONS

 

La vice-présidente des Républicains, Virginie Camel, déplore un texte de loi mal rédigé, qui ne protège pas suffisamment les enfants et cède à la démagogie de la verbalisation de l’outrage sexiste.

 

Notre nouvelle secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, devrait lire le serment d’Hippocrate. Prononcé par tous les jeunes médecins, il stipule qu’il faut surtout ne pas nuire au patient, primum non nocere. Sur un sujet aussi délicat que l’égalité entre les femmes et les hommes, opérer le corps social doit être une chirurgie délicate et non une thérapie de choc, administrée sans nuance et dans la précipitation.

 

C’est pourtant en militante plutôt qu’en ministre que Marlène Schiappa a décidé d’approcher sa fonction, comme l’illustre sa récente proposition de loi sur les violences sexistes et sexuelles.

·         Quel texte, pourtant, aurait pu être plus consensuel et rallier tous les suffrages dans l’Hémicycle comme au sein de la société civile ?

·         Quel texte était plus nécessaire, dans un contexte mondial de prise de conscience de la nécessité de mieux protéger femmes et enfants ?

 Lire la suite

 
Vign_EdPhilippe

BERCY ETUDIE UNE BAISSE DES AIDES à L’EMPLOI

 

Corinne CAILLAUD, Figaro-Vox

 

Le gouvernement pourrait réduire les aides sociales à l’emploi afin de baisser la dépense publique, s’il y a suffisamment de créations d’emploi dans le privé, a indiqué dimanche­ le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, invité de l’émission « Le Grand Rendez-Vous Europe 1-Les Échos-CNews ».

 

« Nous pensons que nous ne sommes pas condamnés à compenser les inégalités par toujours plus de dépense publique, c’est-à-dire ­toujours plus d’impôts au bout du compte pour le contribuable », a-t-il déclaré.

 

 Le locataire de Bercy n’est pas entré dans le détail des aides visées, mais la Direction du budget a d’ores et déjà établi plusieurs scénarios possibles.

 

Dans un document intitulé « Transformer les prestations sociales », elle estime que ces dernières constituent « un poids croissant » pour les finances publiques, de l’ordre de 26 % des dépenses.

Une révision des « règles d’éligibi­lité » des prestations, une meilleure prise en compte du patrimoine des personnes dans le calcul des allocations, ou la désindexation des minima sociaux sur l’évolution des prix figurent parmi les pistes avancées dans cette note.

 

LES PERSONNES ÂGEES DANS LE COLLIMATEUR !

Plusieurs dispositifs y sont passés en revue, comme l’allocation personnalisée pour l’autonomie (APA), destinée aux personnes âgées, qui pourrait être recentrée « sur les publics prioritaires » pour garantir sa « soutenabilité dans un contexte de vieillissement démographique ».

 

Concernant les aides personnelles au logement (APL) pour les étudiants, jugées « peu ciblées » faute de prendre en compte les ressources réelles des bénéficiaires, elle propose d’intégrer les minima sociaux et les prestations familiales dans les ressources servant de base à leur calcul « à compter de 2020 ».

 

Pour les bourses sur critères sociaux, elle suggère « d’accroître le ciblage » des aides - par exemple en abaissant les plafonds de ressources - ou bien de « renforcer le contrôle d’assiduité » pour les bénéficiaires, qui pourraient perdre leurs aides s’ils ne vont pas en cours. CO. C. (Avec AFP)

 
Vign_Professeur_Munnich

PR MUNNICH : « LA PMA POUR DES RAISONS SOCIÉTALES ME CHOQUE »

Le généticien, qui exerce à l’hôpital Necker à Paris, met également en garde contre le business des tests génétiques et dénonce les illusions de la médecine prédictive.

 

L’extension de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires s’est imposée comme le sujet phare des états généraux de la bioéthique. Y êtes-vous favorable ?

Je suis médecin. Tout ce que je fais, je le fais pour des gens qui ont des problèmes médicaux, pas pour des convenances personnelles. La PMA pour des raisons sociétales, sans infertilité ni cause génétique, me choque. Ce n’est pas parce que c’est techniquement possible que c’est socialement souhaitable. Si la loi change, des médecins accepteront de faire ces PMA mais on ne peut pas les forcer à le faire. J’espère qu’il y aura un « droit de réserve ». Le rôle de la médecine est de soigner les malades et non de s’adapter à une société qui change. Il en va de même pour la conservation ovocytaire. Elle est très utile pour des jeunes femmes qui ont une ménopause précoce ou qui prennent un traitement mettant en péril leur fertilité mais prélever et vitrifier des ovocytes pour convenance personnelle, c’est un dévoiement de la médecine et une histoire de gros sous.


 
Vign_Fin_Etats_genereaux

ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA BIOÉTHIQUE : FIN DE VIE ET PROCRÉATION ONT DOMINÉ LES DÉBATS

 

Cette consultation citoyenne se termine après trois mois et une forte participation.

 

AGNÈS LECLAIR

 

ÉTHIQUE Une participation importante et des clivages forts. Telles sont les caractéristiques des États généraux de la bioéthique qui se terminent officiellement ce lundi 30 avril. Cette vaste consultation citoyenne de trois mois et demi a été organisée par le CCNE (Comité national consultatif d’éthique) pour prendre le pouls de la société française avant la révision de la loi de bioéthique.

 

Au menu, neufs grands thèmes, soit scientifiques, comme l’intelligence artificielle ou les neurosciences, soit sociétaux, comme la fin de vie ou l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA), également appelée assistance médicale à la procréation (AMP).

 

Ces deux sujets inflammables ont largement pris le dessus dans les échanges. Ainsi, alors que près de 300 débats ou ateliers ont été organisés par les espaces éthiques régionaux dans toute la France, pas moins d’une cinquantaine ont été consacrés au thème phare de la PMA.

Contactez-nous : famillesderetz@gmail.com