Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami

2, rue St Gilles 44210 PORNIC
 
Vign_Affiche-GRANDIR

NOTEZ SUR VOS AGENDAS

Projection du film "GRANDIR"

le mercredi 24 avril 2019

14h30

Cinéma Saint Joseph

14, rue Notre Dame

44210 PORNIC

La chance d’aller à l’école

Grandir nous dépayse, nous pousse au décentrement. À seulement 6 ans, Prin a déjà été confrontée à la dureté de l’exclusion de son peuple Jaraï. Elle est la seule de sa famille qui aura l’opportunité d’aller à l’école et d’apprendre le vietnamien. Son rêve : devenir institutrice pour que les Jaraï puissent s’instruire sans avoir à partir loin de leur famille.

Ce documentaire s’adresse aussi à tous les écoliers français qui peuvent avoir l’impression de se voir imposer l’école. En découvrant le combat de ces enfants, ils pourront prendre conscience que l’école est une chance et que l’éducation permet de devenir acteur de sa vie.

 
Vign_AFC_Le_corps

Faire grandir la personne dans toutes ses dimensions

La libération sexuelle des années 60-70 semble avoir libéré le corps de tout carcan social. On dit facilement " j’ai un corps " ou " mon corps m’appartient". Le corps se modèle désormais par la chirurgie esthétique, les coachs sportifs, la mode ou les écrans qui donnent à voir un « profil » flatteur. A contrario, on cache le corps malade, vieillissant, handicapé ou mort. Ainsi, le corps est perçu de manière très dualiste comme un objet possédé par la personne et dont celle-ci attend du plaisir ou la possibilité de présenter une vitrine valorisante d’elle-même.

 

Entretien : Faire émerger le meilleur de la personne avec Marie-Gabrielle Ménager (fondatrice des forums Wahou ! et du parcours Grammaire pour la vie) et Thibault Lemoine (père de famille)

 

"Grandir et Aimer" en milieu scolaire (formation proposée par les AFC)

 

Sensibiliser les élèves au corps, avant la 6e

 

Des pistes pour le vivre concrètement

 
Vign_Prefailles

ABUS SEXUEL : une parole difficile, une parole nécessaire  

Horrifiés, sidérés, en colère, humiliés... Nous l’avons été tour à tour à la révélation des abus et crimes abominables commis dans l’Eglise contre des enfants, des jeunes, des personnes vulnérables, et cela par des hommes qui ont consacré leur vie à Dieu. A tel point qu’une parole, si elle est difficile, est absolument nécessaire. Sûrement, tous nous avons commencé par crier vers Dieu. Ce temps du carême nous offre l’occasion d’une démarche de prière et de pénitence. Prière, car Dieu seul a la délicatesse pour rejoindre les victimes profondément meurtries. Pénitence, car nous savons bien que la solidarité dans le péché, y compris le nôtre, est l’envers terrible du mystère admirable de la communion des saints.

Avec l’encouragement de notre évêque, je vous invite à vous unir à une journée de prière et de jeûne le vendredi 29 mars

Lire la suite

 
Vign_Boulimie

« La boulimie fiscale du gouvernement aboutira à la nausée fiscale des Français »

Gilles Platret dénonce la « marotte fiscale » du gouvernement qui consiste à trouver de nouveaux impôts pour financer les nouvelles dépenses publiques.

Il plaide pour un « mouvement inverse » : celui d'une baisse de l'impôt appuyée par une baisse de la dépense publique.

« Mais pour cela il faut un peu de courage », ajuste-t-il...

Lire la suite

Saison 1 - Episode 1/12
Vign_Impots_IR

Taxe, redevance: les Français en colère contre la fiscalité des déchets

ENQUÊTE - Dans plusieurs villes, des collectifs se sont créés pour contester le montant de la facture d'enlèvement des ordures ménagères, jugé excessif ou opaque. Les collectivités mettent en avant des enjeux fiscaux et environnementaux complexes. Le rôle de l'État est aussi pointé du doigt   Lire la suite.

LU DANS LA TRIBUNE 

Baisse des recettes et prélèvement à la source ont pesé sur les comptes

Cette baisse résulte de la mise en œuvre du prélèvement à la source qui modifie le rythme des décaissements et encaissements d'impôt sur le revenu en cours d'année, explique le ministère dans son communiqué.

"En particulier, un acompte de 60% des réductions et des crédits d'impôts a été versé aux contribuables par anticipation en janvier 2019 pour un montant total de 5,4 milliards d'euros", précise le communiqué.

Gérald DARMANIN montre une nouvelle fois son incompétence, combien aura-t-il gaspillé d'argent des impôts pour mettre en place son usine à gaz ?

Le prélèvement à la source met-il fin à la solidarité fiscale au sein des couples?

Si le prélèvement à la source n'est pas synonyme de paiement individuel de l'impôt, il remet en cause les répartitions des dépenses du couple.

Le prélèvement à la source est venu bousculer bien des arrangements entre époux ou partenaires de pacs pour gérer le budget familial. Ce nouveau mode de paiement de l'impôt sur le revenu remet en cause certaines répartitions tacites des dépenses du couple, lorsque l'un réglait les impôts et l'autre d'autres factures Lire la suite


 
Vign_Fotolia_72401421_L

PLAN VELO 2018 : LES PARENTS GRANDS PERDANTS

Vous avez certainement entendu parler du « plan vélo », ces 25 mesures annoncées par le gouvernement pour tripler la part du vélo dans les déplacements des français d’ici 2024.

ANTIGONES s’inquiète de la manière dont l’Etat en profite pour s’accaparer un nouveau pan de l’éducation de nos enfants.

 

 
Vign_Fotolia_82673598_XS

LE DEVOIR PLUTÔT QUE LES DROITS

Les droits des femmes étaient dans les premiers temps du féminisme entendus comme une accession des femmes aux mêmes prérogatives que les hommes.

Aujourd’hui, ce sont de nouveaux droits spécifiquement féminins que les courants qui ont suivi réclament.

Le droit à l’avortement et le droit à la PMA – auxquels les hommes ne peuvent prétendre – en sont deux exemples emblématiques.

Ce qui se joue là dépasse les problématiques du féminisme : c’est un passage d’une conception du droit héritée de la Révolution française et de ses désormais célèbres Droits de l’Homme, à des « droits à » spécifiques aux femmes ou aux hommes.

Lire la suite


 
Vign_Les_LR_euro

« L'Europe d'Emmanuel Macron, c'est toujours plus de l'Europe qui n'a pas marché »

Campagne des européennes, Grand débat national, pouvoir d'achat des retraités et des classes moyennes... Dans le cadre de son déplacement en Ille-et-Vilaine, jeudi 7 mars, Laurent Wauquiez a répondu aux questions du quotidien Ouest France. Laurent Wauquier

« Le début de projet européen d'Emmanuel Macron est fait de formules, de vains mots et d'incantations »

Invité ce mardi matin de RTL, Geoffroy Didier, député européen et Secrétaire général délégué des Républicains, a réagi à la tribune qu'Emmanuel Macron a publié dans des quotidiens des 28 pays de l'Union européenneGeffroy Didier

« Emmanuel Macron n'a pas vu la crise économique, le défi migratoire, le péril djihadiste ? »

Invité de France Inter mardi matin, François-Xavier Bellamy a également réagi à la tribune d'Emmanuel Macron : « Soyons concrets : les enjeux essentiels pour notre avenir ne sont même pas cités dans ce texte. »   François-Xavier Bellamy

 
Vign_Raffarin

UNE GIROUETTE N'A JAMAIS FAIT AVANCÉ UN NAVIRE !

Avec Alain Juppé, François Baroin Christian Estrosi, et quelques autres, Jean-Pierre Raffarin porte une lourde responsabilité dans la mésaventure de François Fillon. En se déclarant macroniste sans vouloir quitté "sa famille de Droite" il continue de patauger dans le marécage. 

Macron n'a fait que des "réformes-spectacles" parce qu'il s'est entouré de personnages comme Jean-Pierre Raffarin sans conviction forte, sans idée forte sans imagination, juste un bon VRP de produits "discount"

La Droite a tout à gagner au départ vers le macronisme de ce genre de politiciens qui naviguent en même temps à droite et à gauche dérivant tristement dans le marécage. Macron ne construira rien de solide dans ces conditions

Bon voyage ! Jean-Pierre Raffarin 

J M. Pornic
 
Vign_Conference_A_Lemoine

Lors des assises des Chantiers-Education (30 janv. et 1er fév. 2019),

Véronique Lemoine nous a apporté son expertise sur l'éducation.

Après une définition de la maturité affective, elle parle de l'autorité, de son évolution durant les dernières décennies et surtout comment l'exercer aujourd'hui à partir de deux outils psycho-éducatifs : l'éducation à la liberté et l'éducation à la frustration.

Véronique Lemoine Cordier est psychologue et psychothérapeute depuis près de 20 ans. En 2014, elle a écrit avec Agnès Daubricourt Guide de survie à l’usage des parents.

 
Vign_Denis_Tillinac

HOLLANDE AVAIT NAJAT VALLAUD

MACRON A MIEUX MARLENE SCHIAPPA

Mme Schiappa a-t-elle cru, en se répandant dans les pages de Valeurs actuelles comme précédemment dans celles du “Fig-Mag”, séduire les lecteurs de sensibilité droitière ?

Dans ce cas, elle s'est plantée dans les grandes largeurs ; son dégagement ressuscite la pire intolérance de la gauche parisianiste à l'époque où le sartrisme infligeait sa dogmatique.

En instillant sa dose de fiel dans l'océan d'acrimonies où la France s'enlise, elle dessert Emmanuel Macron.

Les Français n'excluent pas une relance de son quinquennat, qu'il faut souhaiter pour les tirer de leur désarroi. Mais Macron serait bien inspiré de se défier de ses suiveurs et de ses courtisans : son tendon d'Achille, c'est l'arrogance et l'inanité de la noria macronienne. Plus il s'en évadera, mieux il se portera.

Lire le billet d'humeur de Denis Tillinac (Valeurs Actuelles)

 
Vign_Francois_trisomique

 

« Ma vie est belle même avec la trisomie 21.

 

Nous les personnes avec trisomie 21 nous ne voulons pas être éliminées.  

Nous voulons vivre.

Moi, François, je vous demande de toujours protéger les plus faibles. »

 
Vign_T_Derville

 ÉLOGE DE LA DUALITÉ, PAR TUGDUAL DERVILLE

La différence sexuée a des conséquences sur l’ensemble de notre existence et sur notre manière de voir le monde.

Nous sommes incapables de procréer sans l’autre sexe.

Cette dépendance réciproque rayonne dans tous les aspects de nos vies.

Télécharger et partagez ce document
 
Vign_Tests_genetiques

Les kits de tests génétiques rencontrent un essor de vente colossal

Le magazine scientifique américain MIT Technology Review, de la célèbre

Université de Cambridge, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) vient de publier un bilan estimant que plus de 26 millions de personnes auraient déjà eu recours à un test génétique

Si cette tendance et cette croissance se confirment, les sociétés qui proposent ces kits détiendront l’information génétique de plus de 100 millions de personnes.

 
Vign_Demeure

Le jeune philosophe, auteur de l'excellent "Les Déshérités",

propose un essai tout en dialectique contre l'injonction progressiste de la modernité.

Embrassant avec talent l'histoire des idées de l'Antiquité à la révolution copernicienne, il démontre la vacuité de la course au progrès de l'époque.

Il dénonce l'abîme métaphysique d'un mouvement érigé en vertu suprême.

Il nous exhorte à nous libérer des illusions sémantiques et à questionner le sens ontologique de nos vies.

Comment habiter le monde ?

Comment placer l'être avant le flux ?

Que doit-il demeurer ?

Imparable.

 
Vign_Ouest

QUELQUES DELIRES JUSTIFIES PAR LE GRAND DEBAT

ÉLECTRICITÉ : LE TARIF RÉGLEMENTÉ DEVRAIT AUGMENTER

Les tarifs réglementés de l’électricité augmenteront sans doute le 1er juin, « autour de 5 % ou 6 % ». C’est ce qu’a déclaré, hier, le ministre de la Transition énergétique, François de Rugy, qui compte utiliser le délai légal de trois mois dont il dispose pour se prononcer sur la proposition de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Il s’agit d’honorer une des promesses faites dans le cadre du Grand débat. La CRE a cependant fait savoir que le gel du tarif devrait être rattrapé plus tard. Ségolène Royal avait déjà fait cela en 2012. Pour l'EDF mais aussi pour les autoroutes, ensuite toutes nos factures EDF 2016 - 2017 -2018 il y avait une ligne en bas de la facture pour un rattrappage de 3% Pour les autoroutes, elle avait renégocié la durée de la concession (7 ans supplémentaires) en échange de quoi un blocage des prix jusqu'en 2018 et ensuite un rattrappage... Macron n'a rien inventé, il recycle les vieilles idées socialistes.

STANILAS GUERINI (LREM) AU DÉBAT ORGANISÉ PAR BFMTV

Le bulletin de paie de février met en évidence un salaire net avant prélèvement de l'impôt montre que Emmanuel Macron a pris les bonnes mesures pour redonner du pouvoir d'achat.

Sachant que les employeurs n'ont pas augmenté les salaires ou si peu comment peut-on prendre au sérieux une telle affirmation ?

C'est facile il suffit de bidouiller les cotisations sociales et fiscales, sans doute parce que celles-ci ne servent à rien.

Allocations familiales C'est ainsi que le gouvernement a supprimé la part salariale de la cotisation Allocations familiales et réduit à 3.4% la part patronale qui était de 5.4 %. Les Caisses d'allocations familiales auront des recettes moindres mais dans le même temps les reversements ont été diminués :

·         Allocations familiales soumises à conditions de ressources

·         APL diminués pour les étudiants et soumises à conditions de ressources des parents

·         Lees deux parents doivent se partager obligatoirement le congé parental, ce qui a engendré de substantielles économies.

·         Baisse du quotient familial

Cotisation chômage suppression de la part salariale de la cotisation chômage. La baisse des recettes devant être compensée par le fait que l'indemnisation du chômage sera financée par l'impôt (CSG) sauf que les négociations avec les syndicats ont echoué et que les mesures prises sur les licenciements sont sans effet il y a toujours autant de dossiers contentieux et les licenciements coutent toujours aussi chers aux employeurs. Encore une demi réforme qui n'a servi à rien.

Il s'agit donc une nouvelle fois de modifications en trompe-l'œil mais aucun des autres participants contredit Stanislas Guérini.

RECYCLAGE DES "AUTOLIB"

LOCATION DE VOITURE À 50 EUROS PAR MOIS POUR LES FRANÇAIS AUX REVENUS MODESTES DES ZONES RECULÉES.

Stanislas Guérini est un élu parisien qui doit être particulièrement affecté par les déboires du Maire de Paris avec les vélos électriques et l'abandon des voiturettes Bolloré. Alors, généreusement, les parisiens vont éponger les millions de déficit du dossier Autolib en faisant racheter les vieilles voitures par les communes à sensibilté socio-écolo compatible avec les bobos parisiens.

Ce qu'on ne dit pas c'est pourquoi l'Autolib a échoué ? parce que l'autonomie des voitures électriques étaient trop faibles et que le nombre de bornes de rechargement trop peu nombreuses. Et donc les véhicules étaient abandonnées n'importe où et dégradées, voire pilliées. Mais en province, les communes créeront des emplois pour poser des bornes électriques et d'autres emplois pour les dépanneurs et garagistes, sans compter sur la nouvelle manne de PV pour stationnement illicite.

C'est çà le recyclage ! une bonne idée née du Grans débat ...

Dans un temps (sous Hollande) Macron avait inventé les cars Macron pour préparer la mise en coucurence de la SNCF... Devenu Président,  il a fait la réforme SNCF à savoir reprise la dette énorme de la SNCF et donner 5 ans aux syndicats pour négocier le nouveau statut des cheminots. Les cars Macron on n'en a plus besoin alors on les laisse se débrouiller avec l'énorme déficit d'exploitation... En 2016 il y avait 8 compagnies aujourd'hui il en reste deux.

Mais grâcea u Grand débat : maintenant on sait que rouler en province avec une vieille voiture diesel c'est mieux et écologique ... puisque maintenant le diesel est plus cher que l'esence.

A propos, le mouvement des Gilets jaunes a démarré avec le prix du litre de gas oil à 1.231 €. Il est aujourd'hui à 1.458 €

Heureusement que les Gilets jaunes sont passés par là.

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A DEFENDU SES REFORMES PENDANT PLUS DE HUIT HEURES, LUNDI SOIR, A L’ÉLYSEE, DEVANT DES PHILOSOPHES, DES SOCIOLOGUES ET DES ECONOMISTES.

Lancé le 15 janvier 2019 à Grand-Bourgtheroulde, dans l’Eure, pour deux mois, le Grand débat national souhaité par Emmanuel Macron, pour trouver une issue à la crise des Gilets jaunes, joue les prolongations.

Lundi 18 mars au palais de l’Élysée, le président de la République a dialogué pendant 8 heures 10 - son record en onze débats du même genre - avec 64 intellectuels triés sur le volet.

Parmi ses invités figuraient le psychologue Boris Cyrulnik, les économistes Jean Pisani-Ferry, Yann Algan et Daniel Cohen, les sociologues Luc Boltanski et Michel Wieviorka, les philosophes Frédéric Worms et Monique Canto-Sperber, le climatologue Jean Jouzel ou encore le physicien Claude Cohen-Tannoudji. Certains intellectuels de gauche avaient décliné, comme l’économiste Frédéric Lordon.

« Je ne crois pas qu’on s’en sorte avec de nouvelles taxes »

Lors de cette soirée coorganisée avec France Culture qui s’est terminée à 2 h 30 du matin, le chef de l’État a écarté toute remise en cause de ses réformes, notamment sur l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et le non-cumul des mandats. Il a aussi rejeté une hausse des droits de succession comme l’expérimentation d’un revenu universel de base.

« On a insuffisamment gardé en France le capital productif qui crée des emplois. Sortir du grand débat par un grand débat sur la fiscalité du capital n’est pas la bonne réponse. Qu’on lance une réflexion internationale, j’y suis favorable, le faire en France serait un contre-signal », a-t-il répondu.

« On est rentré dans ce débat sur une taxe que payaient trop certains. Je ne crois pas qu’on s’en sorte en en faisant payer d’autres », a-t-il ajouté.

« Dans un pays où les gens ont peur pour l’héritage, je n’ouvrirai pas ce sujet de bidouiller la taxe sur les successions, car tous se sentiraient concernés », même les plus modestes, a-t-il poursuivi.

Le président de la République a défendu ses réformes pendant plus de huit heures, lundi soir, à l’Élysée, devant des philosophes, des sociologues et des économistes.

Lancé le 15 janvier 2019 à Grand-Bourgtheroulde, dans l’Eure, pour deux mois, le Grand débat national souhaité par Emmanuel Macron, pour trouver une issue à la crise des Gilets jaunes, joue les prolongations.

Lundi 18 mars au palais de l’Élysée, le président de la République a dialogué pendant 8 heures 10 - son record en onze débats du même genre - avec 64 intellectuels triés sur le volet.

Parmi ses invités figuraient le psychologue Boris Cyrulnik, les économistes Jean Pisani-Ferry, Yann Algan et Daniel Cohen, les sociologues Luc Boltanski et Michel Wieviorka, les philosophes Frédéric Worms et Monique Canto-Sperber, le climatologue Jean Jouzel ou encore le physicien Claude Cohen-Tannoudji. Certains intellectuels de gauche avaient décliné, comme l’économiste Frédéric Lordon.

« Je ne crois pas qu’on s’en sorte avec de nouvelles taxes »

Lors de cette soirée coorganisée avec France Culture qui s’est terminée à 2 h 30 du matin, le chef de l’État a écarté toute remise en cause de ses réformes, notamment sur l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et le non-cumul des mandats. Il a aussi rejeté une hausse des droits de succession comme l’expérimentation d’un revenu universel de base.

« On a insuffisamment gardé en France le capital productif qui crée des emplois. Sortir du grand débat par un grand débat sur la fiscalité du capital n’est pas la bonne réponse. Qu’on lance une réflexion internationale, j’y suis favorable, le faire en France serait un contre-signal », a-t-il répondu.

« On est rentré dans ce débat sur une taxe que payaient trop certains. Je ne crois pas qu’on s’en sorte en en faisant payer d’autres », a-t-il ajouté.

« Dans un pays où les gens ont peur pour l’héritage, je n’ouvrirai pas ce sujet de bidouiller la taxe sur les successions, car tous se sentiraient concernés », même les plus modestes, a-t-il poursuivi.

Vers une « démocratie délibérative »

Emmanuel Macron a défendu avec la même fermeté le non-cumul des mandats, contesté par certains au nom du contact avec le terrain. « C’est une question d’organisation du temps parlementaire. Je ne suis pas sûr que multiplier les mandats permette de mieux sentir le territoire », a-t-il dit.

Emmanuel Macron a aussi tenté de décrire la « démocratie délibérative » qu’il souhaite bâtir à l’issue du grand débat. Rejetant à la fois le « référendum permanent » et les seuls rendez-vous électoraux, il a imaginé « une démocratie délibérative qui suppose, si le consensus est estimé, qu’on prend la décision ». Il a cité en exemple les référendums à l’irlandaise, qui portent sur des textes émanant du Parlement.

Les Gilets jaunes, des réseaux sociaux à la rue

Pour le président de la République, les Gilets jaunes sont la « translation dans le réel de ce qui se passe sur les réseaux sociaux », à savoir « le langage désinhibé et la très grande violence sous couvert d’anonymat ».

« Ce que je peux faire sur les réseaux sociaux, maintenant je le fais dans la rue, l’anonymat devient une cagoule, un casque, et je peux faire le pire dans un lieu qui n’est pas mien, détruire des commerces, qui n’appartiennent à personne et n’ont pas de réalité », a-t-il décrit, évoquant les violences du samedi 16 mars à Paris.

« Et toutes les paroles se valent », comme sur les réseaux sociaux où « je peux insulter le président de la République sur Twitter mais aussi construire des espaces de confiance avec des gens qui disent comme moi. Je ne me confronte plus aux autres », a-t-il commenté.

Répondant à l’écrivain Pascal Bruckner, qui réclamait un retour de l’ordre public, Emmanuel Macron a estimé que les violences du samedi étaient le fait d'« émeutes de casseurs, pas de manifestants » et rappelé que le gouvernement a décidé d’interdire de manifester sur les Champs-Élysées et dans plusieurs centres-villes.

Islam, PMA, inégalités…

Il a aussi répondu sur le creusement des inégalités, la réforme de la loi de 1905, la place de la recherche ou encore la transition écologique.

INCORRIGIBLE, LE PRÉSIDENT !

Il lance les ETATS GÉNÉRAUX DE LA BIOÉTHIQUE ...le résultat ne lui convient pas alors il le botte en touche.

"Ce grand débat n’est qu’une vaste opération de communication pour gagner du temps. Le mal chronique du macronisme, c’est l’addiction à la communication et la réticence à l’action. Les Français ne supportent plus ces paroles aussi creuses qu’abondantes. Le temps de l’action et du courage est venu. Mais après avoir vu l’inexpérience, l’incompétence et l’inefficacité du pouvoir, je ne suis pas convaincu que ce nouveau cap pourra être tenu".Eric Ciotti 

Il lance le GRAND DÉBAT et ouvre la porte au concours Lépine du recyclage écologique des vieilles recettes alors il botte en touche.

Il a demandé à ses amis les anciens socialistes et centristes de gauche d'enfiler un gilet vert pour contrer les Gilets jaunes et à ses ministres d'enfiler des gilets pareballes et des boucliers pour contenir la rébellion, et Paris est en feu.

"Jusqu’à présent, l’exécutif maniait ce type de décisions expéditives avec parcimonie. Le président de la République s’enorgueillissait même pendant l’affaire Benalla de refuser la « République des fusibles ». Ce changement de pied illustre-t-il l’urgence de trouver des responsables, alors que l’opposition tire à feu nourri sur le chef de l’État ? À l’instar du chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, pour qui Emmanuel Macron « a donné un permis de casser aux casseurs » et laissé s’installer un « Notre-Dame-des-Landes sur les Champs-Élysées ». Bruno Retailleau

Il a réduit au silence les catholiques en les culpabilisant l'Eglise du fait de la fragilité de quelques ecclésiastiques. Au lieu d'aide le Pape François et l'Eglise catholique dans sa volonté de mettre fin aux déviations de ses ministres, il condamne Mgr Barbarin pour avoir défendu La Manif Pour Tous. 

ET ENSUITE IL REÇOIT LES INTELLECTUELS POUR CONTRER LES INITIATIVES DES SES ADVERSAIRES POLITIQUES QUI PRÉFÈRENT UNE CONFRONTATION D'IDÉES PLÛTÔT QUE DE PEURS ... ET IL N'ÉCOUTE PERSONNE MAIS DÉFEND SON PROGRAMME ET NE VEUT RIEN CHANGER.

"Emmanuel Macron voulait prendre de la hauteur, il en prend. Devant les intellectuels, il s’explique d’ailleurs sur la raison de ce débat : il a besoin d’eux et de l’autorité naturelle que leur confère leur savoir à l’heure où « tout se vaut ». « Les intellectuels ont un rôle à jouer, ils ont la responsabilité de structurer le débat. Je crois à cette forme de médiation », assure le chef de l’État. Comme pour déplorer que, lui, les Français ne l’écoutait plus."François-Xavier Bourmaud

Sans attendre le bilan des contributions aux Grand Débat Emmanuel Macron écarte toutes les propositions qui y ont été faites. La bonne direction c'est :

"NE RIEN CHANGER PARCE QUE J'AI RAISON"

Fallait-il faire perdre le temps à 64 intellectuels ?

 
Vign_Ouest_Manif

LA TRANSITION ECOLOGIQUE DOIT ETRE PRIORITAIREMENT POUR LE BIEN DE L’HUMANITE.

L'avenir de l'homme est la grande question de notre temps. Fragilisée par cinquante ans de déconstruction libertaire, l'humanité va-t-elle s'engouffrer dans la promesse du transhumanisme, de l'homme sans limite, unisexe, invulnérable et immortel ?

C'est le nouveau fantasme totalitaire.

La stabilité du droit de la famille permettant à chacun de connaitre ses origines.

Il faut mettre un terme à une notion sémantique du genre détournée en un dangereux amalgame. C’est le mélange de deux choses : d’un côté des stéréotypes sexistes injustes à dénoncer et à combattre pour respecter l’égale dignité entre l’homme et la femme et favoriser leur respect mutuel ; de l’autre, l’idéologie mortifère de la neutralisation du genre. Les études de genre fourmillent de ce parti pris : le rejet de toute idée de différence ou de complémentarité homme-femme, comme si masculin et féminin étaient identiques.

Or, cette dualité des sexes constitue l’un des plus précieux trésors de l’humanité.

La différence sexuée a des conséquences sur l’ensemble de notre existence et sur notre manière de voir le monde. Nous sommes incapables de procréer sans l’autre sexe. Cette dépendance réciproque rayonne dans tous les aspects de nos vies.

Quelle place doit-on faire pour les familles mono – et homoparentales

Toutes les configurations familiales sont à prendre en compte. Mais nous devons aussi regarder en face leurs conséquences : la solitude a un coût social énorme, y compris pour les enfants. Il faut une politique sociale de la famille qui tienne compte des difficultés spécifiques des familles monoparentales.

La notion de « famille homoparentale », c’est une expression piégée : tout enfant naît d’un homme et d’une femme, même en cas d’adoption ou d’absence d’un des parents. Cette expression est un outil dialectique pour contester la parité ontologique dans l’engendrement. Mais pourquoi se couper du réel, de ce que notre nature nous dit de la différence des sexes ?

Des personnes de même sexe peuvent éduquer des enfants avec amour. Il n’en demeure pas moins injuste de priver l’enfant de la précieuse symétrie père/mère. Nous vivons dans une société liquide, où l’on ne s’engage pas. Les femmes en sont trop souvent les victimes sacrificielles : elles se laissent dominer par des hommes qui exigent n’importe quoi d’elles ; et elles sont souvent abandonnées.

Pour ces motifs, il faut appliquer le principe de précaution avant d'adopter des législations de circonstances mettant en péril les repères familiaux.

 
Vign_Ouest

MANIPULATIONS DE L'INFO  

Les familles nombreuses, les retraités, ... peuvent être contre les débordements sans être d'accord avec les manoeuvres délétères du Président MACRON qui voudrait faire croire que les Gilets Jaunes sont contre l'écologie ...

De retour d’un périple en Afrique de l’Est, le président de la République a pris quelques jours pour se ressourcer à La Mongie, station de ski des Hautes-Pyrénées. Emmanuel Macron connaît la station depuis son enfance, car sa grand-mère maternelle habitait Bagnères-de-Bigorre, non loin de là.

La Marche du siècle a réussi son pari d’attirer aussi des Gilets jaunes, samedi (ici, à Paris).

Reuters

Plus de 350 000 personnes, selon les 140 organisations. Dans beaucoup de villes, des Gilets jaunes, pacifistes, ont rejoint les cortèges de cette Marche du siècle.

Une ambiance bon enfant, des slogans rigolos, des familles, des amoureux transis, des poussettes… La Marche du siècle, « contre l’inaction du gouvernement français face à l’urgence climatique », a été un immense succès, dans tout le pays.

Dans le sillage du « Pacte du pouvoir de vivre » de l’écologiste Nicolas Hulot et du syndicaliste Laurent Berger, des voix avaient réclamé une convergence des luttes sociales et écologiques, cette semaine. C’est le cas du militant écolo et réalisateur du documentaire Demain, Cyril Dion. Selon lui, « la cause de la destruction des écosystèmes » et celle « des fins de mois difficiles » serait la même : « le modèle économique » actuel.

« Le lien entre environnement, social et solidarité est évident », pour la tête de liste des écologistes aux européennes Yannick Jadot. Le député insoumis de la Somme, François Ruffin, a aussi plaidé pour une « jonction » des manifestations.
« Fin du monde, fin du mois » même combat ? Cette convergence s’est produite à Caen. Les deux manifestations, Gilets jaunes et Marche du siècle, sont parties chacune de leur côté. La rencontre des deux cortèges a eu lieu devant la préfecture du Calvados, sous les applaudissements. Et une foule unifiée de 5 000 personnes a assisté à la prise de parole devant le château. À Lille aussi, les caméras ont filmé la réunion des deux mouvements.
Dans d’autres villes, des Gilets jaunes, plus ou moins nombreux, se sont joints naturellement aux cortèges « verts ». Ils étaient une trentaine, à Rennes. « On est gilets jaunes, verts et arc-en-ciel, explique Christophe, militant venu de Guichen, à une demi-heure de Rennes. Je suis dans la rue pour mes enfants et ma petite fille, qui va naître en juillet. Il faut que les politiques tiennent leurs engagements et interdisent les bateaux poubelle qui polluent. »
À Alençon, dans l’Orne, des Gilets jaunes ont aussi grossi les rangs des écologistes. « On n’arrivera pas à faire voter des mesures pour l’écologie, si on ne taxe pas d’abord ceux qui créent les problèmes : les lobbys, les gros sous », disent des manifestants, révoltés aussi par le naufrage du Grande America.
« On ne parle pas assez climat, confessait Annie, Gilet jaune de Bordeaux, alors que nos visées (avec les militants écolos) sont communes. » Cette retraitée confiait sa joie de défiler sans crainte « des débordements ». Il y a en eu (lire en page 4), mais après, ailleurs.

NE SOYONS PAS DUPES ! 

Emmanuel MACRON a enfin réussi à rendre totalement impopulaire le Mouvement des Gilets Jaunes en mobilisant les étudiants et les lycéens pour l'écologie et la transition écologique .

Or, votez  pour la liste LREM aux Européennes c'est donner mandat à Emmanuel MACRON pour faire voter par ses députés LREM toutes les modifications de la Loi bioéthique : PMA pour Tous, Euthanasie pour tous, ... 

NE SOYONS PAS DUPES ! 

Il y a une solution pour éviter cela ...

c'est de soutenir en toute clarté, sans état d'âme, bien au contraire la liste portée par LES REPUBLICAINS avec François-Xavier BELLAMY en tête de liste 

 
Vign_Famille_Europeenne

ELECTIONS EUROPÉENNES : MANIFESTE DE LA FAFCE POUR UN PACTE EUROPÉEN SUR LA NATALITÉ   

Plus intéressant que le texte d’Emmanuel Macron sur l’Europe, la semaine dernière à Varsovie la Fédération des associations familiales catholiques en Europe (FAFCE) et ses membres ont lancé une campagne en vue des prochaines élections européennes (23-26 mai 2019).

La campagne Votez pour la famille 2019, qui se déroulera dans les États membres de l’UE, est le fruit du travail conjoint de tous les membres de la FAFCE, 26 associations de familles de 16 Pays.  Vincenzo Bassi (Forum delle Famiglie, Italie), Vice-président de la FAFCE, a indiqué :

Le Manifeste disponible en Français comprend 10 points et concerne tous les domaines d’intérêt majeur pour les associations familiales en Europe au cours des prochaines années.

Comme en 2014 et au cours de la législature en cours, après les élections, les candidats élus qui auront signé le manifeste seront contactés, aux niveaux national et européen, afin de soutenir leurs engagements en matière de politiques favorables à la famille et leur faire des propositions concrètes pour l’exercice de leur mandat au Parlement Européen.

exte ici
 
Vign_Les_LR_euro

MACRONISTES VS LEPENISTES : LES RATES D’UNE ALTERNATIVE

Guillaume Tabard

 Un décollage approximatif est moins dramatique qu’un atterrissage raté. Mais gageons que les macronistes auraient aimé un coup d’envoi moins hasardeux de leur campagne européenne.

Le face-à-face entre Nathalie Loiseau et Marine Le Pen était censé installer ce duel frontal, exclusif et quasi obligé entre deux logiques, entre deux visions de l’Europe. La clarté n’a pas été au rendez-vous de leur confrontation dans « L’Émission politique », laissant la place à une caricature de débat.

Il y a eu l’étrange mise en scène de la ministre des Affaires européennes, maladroite et peu crédible qu’Alain Duhamel, le plus équilibré et le plus europhile des observateurs, a lui-même jugée

« artificielle, grotesque, fabriquée, caricaturale, bref lamentable ! ».

Plus surprenant encore, alors qu’elle eut gagné à valoriser sa maîtrise des dossiers face aux approximations de l’invitée de France 2, Nathalie Loiseau s’est aventurée sur le terrain des formules faciles - « FN, ça veut dire Fake News ; et F Haine, oui, aussi. » Sa carte était celle de la crédibilité, elle l’a imprudemment sacrifiée sur l’autel d’une combativité qui reste à perfectionner. 

Lire la chronique de G Tabard  Le Figaro 15 mars 2019

CETTE MISE EN SCÈNE D’UNE LUTTE À FINIR ENTRE LE PROGRESSISME ET LE POPULISME A ÉVIDEMMENT POUR FONCTION D’ÉVACUER TOUTES LES AUTRES OPTIONS POLITIQUES DU DÉBAT POLITIQUE, COMME SI ELLES ÉTAIENT RÉSIDUELLES OU INSIGNIFIANTES.

Mathieu Bock-côté

La droite classique est ainsi traitée comme un résidu du vieux monde, même si elle fait actuellement le pari d’une rénovation intellectuelle et politique significative. Conséquence de cela : la stratégie macronienne tend à faire croître le camp « populiste », ce qui justifiera après-coup chez ses promoteurs des cris indignés. I

ls n’en finiront plus de dénoncer l’inondation de l’espace public par les eaux souillées de la xénophobie.

Comme d’habitude.

Macron-LePen et les autres Mathieu Bock-Côté Le Figaro du 15 mars

GLUCKSMANN ET BELLAMY, DES INTELLECTUELS EN POLITIQUE

Eugénie Bastié

À rebours du brouillage idéologique contemporain, ils assument des filiations intellectuelles opposées. « Je suis profondément cosmopolite et le resterai contre vents et marées », affirmait Raphaël Glucksmann dans un entretien au Nouvel Obs, tandis que François-Xavier Bellamy plaide pour la « transmission » et pense que tout homme, comme Ulysse, cherche à retrouver son Ithaque.

Ils s’inscrivent dans des lames profondes de recomposition politique. Raphaël Glucksmann a nommé son mouvement Place publique, en référence aux mouvements des places qui a surgi partout en Occident depuis la crise financière de 2008, d’Occupy Wall Street à Nuit debout. François-Xavier Bellamy est une des jeunes figures de la poussée conservatrice qui, de Manif pour tous en insécurité culturelle, restaure la notion d’attachement. Là où Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon emploient le mot « peuple » plutôt que de se revendiquer de la « droite » ou de la « gauche », Bellamy veut « refonder la droite », et Glucksmann « fédérer la gauche ».

Le clivage « conservateurs » contre « progressistes », diagnostiqué par Macron dès la présidentielle, pourrait prendre forme en dehors du face-à-face stérile et délétère entre technocratie déconnectée et populisme démagogique. La lutte des classes entre « gilets jaunes » et « élite mondialisée » n’est pas une fatalité.

« Vous n’avez pas le choix », affirme Emmanuel Macron dans un clip de campagne  publié par LREM pour les européennes.

Et si, justement, les élections qui s’annoncent étaient l’occasion d’une confrontation d’idées plutôt que de peurs ? En ce cas, la présence de nos deux « intellos » en politique serait une bonne nouvelle.

Deux intellecuels aux Européennes Eugénie Bastié Le Figaro 15 mars 2019

 

 
Vign_Bellamy

VOUS SENTEZ-VOUS UN HOMME POLITIQUE OU UN INTELLECTUEL QUI FAIT DE LA POLITIQUE ?

Je suis d'abord un enseignant. Ma vraie passion, c'est l'expérience de la transmission ; c'est ce qui a décidé de mes choix. La politique n'a jamais été un plan de carrière.

Le catholicisme a-t‑il une importance dans votre engagement politique ?

Bien sûr. Mais ce que le christianisme a apporté à notre civilisation, c'est aussi la distinction du spirituel et du temporel.

Le sens de la politique, c'est de servir de son mieux le bien de la société, pas de défendre les valeurs d'une communauté.

Il faut une cohérence entre ce qu'on pense et ce en quoi on croit, mais c'est sur le terrain de la raison qu'est possible le débat public.

Je ne suis pas du tout d'accord avec Emmanuel Macron quand il invite les chrétiens à s'engager en politique au seul titre de leur communauté – dans son discours au collège des Bernardins. Une cité n'est pas une addition de communautés.

Avez-vous jugé injuste les critiques sur vos positions contre l'avortement ?

Ce qui m'a frappé, c'est la démesure des critiques.

« J'ai juste dit qu'en sortant de l'idéologie on pourrait penser une politique de prévention qui prenne mieux en compte le bien des femmes »

On peut être en désaccord avec cela, mais que Mme [Agnès] Buzyn en déduise que je ne suis pas un républicain, c'est délirant !

Ne remplaçons pas la critique par l'anathème, et essayons de remettre un peu de raison dans le débat politique...

Lire l'interview dans le JDD
 
Vign_LR_GD

L’heure de la fin du grand débat approche. Il est temps d’en tirer des conclusions concrètes pour les Français.

« Contrairement à Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, nous avons décidé de participer au grand débat. Car nous considérons que c’est notre responsabilité de tout faire pour ramener de la sérénité dans le pays. Je me suis rendu partout en France et nous faisons des propositions parce qu’il est temps aussi que l’on sorte du grand débat qui s’éternise trop. Il faut maintenant des actes. Maintenant, il faut agir. » - Laurent Wauquiez

Pour notre famille politique, l’enseignement des semaines passées, c’est l’urgence de s’attaquer au problème fondamental de notre pays : son double record européen de dépenses publiques et de prélèvements obligatoires.

Le gouvernement ne semble pas avoir tiré les leçons du ras-le-bol fiscal inédit qui traverse notre pays. La seule réponse du gouvernement et de la majorité, c’est d’augmenter encore les taxes et les impôts. Sont évoqués l’alourdissement des droits de succession, la taxation de la revente des résidences principales, la réduction des crédits d'impôt pour les familles, la création d’une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu, la hausse de l’Impôt sur la fortune immobilière ou encore le retour des hausses de la "taxe carbone" sur les carburants et le chauffage (promue par quatre membres du gouvernement et 80 députés de la majorité)...

 
Vign_Roux_AV

IVG : pourquoi il ne faut pas transiger sur la liberté de conscience 

Plusieurs sénateurs ont déposé une proposition de loi afin de supprimer la clause de conscience des médecins, autorisant ceux qui le souhaitent à refuser de pratiquer un avortement.

Pourquoi cette clause vous semble-t-elle essentielle et donc son retrait liberticide?

 
Vign_Delit

 [COMMUNIQUÉ DE PRESSE]

PJL Santé : Alliance VITA dénonce une manœuvre liberticide contre la clause de conscience des professionnels de santé

Alliance VITA dénonce la tentative de suppression de la clause de conscience des médecins et des professionnels de santé au détour d’amendements à l’article 17 du projet de loi santé, examinés en commission des affaires sociales le 14 mars 2019.

 
Vign_Ecologie_humaine_2

L’ANTHROPOLOGIE PEUT-ELLE RÉSOUDRE LA CRISE ÉCOLOGIQUE ? 

Gilles Hériard Dubreuil, co-initiateur du CEH, apporte quelques éléments de réponse à cette épineuse question.

"Il faut sortir de ce qui est l’essence de cette modernité

la séparation entre l’homme et la nature

pour pouvoir appréhender l’écologie différemment."

Mieux comprendre la crise écologique

CONFÉRENCE SUR LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

organisée par le Secours Catholique, l'Hirondelle, les AMAP de Pornic et de La Plaine, Terre de Vie et le CCFD Terre Solidaire

mardi 19 mars

à 20h

à l’amphithéâtre Thomas Narcejac à Pornic.

 
Vign_F_X_Bellamy

« L'Europe n'est pas une organisation comme les autres : c'est une histoire, des racines, une civilisation »

LE PROJET DES RÉPUBLICAINS SERA-T-IL RÉSOLUMENT PRO-EUROPÉEN ?

Il est évidemment résolument pro-européen, au sens où nous sommes convaincus que beaucoup des grands défis qui attendent notre pays supposent que l'Europe agisse. Sur l'économie, le climat, les migrations, nous ne pouvons pas faire sans l'Europe. Mais à la différence d' Emmanuel Macron , nous ne croyons pas que l'objectif soit toujours plus d'Europe. Le but, c'est construire une Europe qui fasse la preuve de son efficacité. Notre projet correspond, je crois, à l'aspiration d'une grande majorité de Français qui savent que l'Europe est nécessaire mais qu'il faut la changer.

 
Vign_LR_Bellamy

 LUTTE CONTRE L'ANTISÉMITISME

« Que fait la majorité contre l'islamisme radical qui prospère dans notre pays ? »

Invité du Talk Le Figaro, lundi,

François-Xavier Bellamy a été interrogé sur le rassemblement contre l'antisémitisme qui a eu lieu mardi, place de la République à Paris, et un peu partout en France.

 Lire la suite

 
Vign_Fig_Tetris

PAR SON RADICALISME SUR LES QUESTIONS DE SOCIETE, LREM FERA-T-IL FUIR LES MODERES ?

Agresser les Français attachés à la famille traditionnelle ne fera qu’aggraver les fractures du pays, argumente l’essayiste.(*)

Tétreau, Edouard Le Figaro 23février 2019

(*) A notamment publié : Au-delà du mur de l'argent  (Éditions Stock, 2015)

Alors que le pays continue d’être traversé par des spasmes de violence insurrectionnelle, des membres éminents du gouvernement et de La République en marche ont pris un drôle de parti ces jours-ci. Le parti de la haine, de l’insulte et de la discorde, au moment précis où les Français ont plus que jamais besoin de réconciliation et de paix.

« Je ne mets pas sur le même plan la Manif pour tous et les terroristes islamistes, mais je souligne l’existence d’une convergence idéologique. »

Avec la finesse d’un Panzer de Guderian, dans une interview stupéfiante à Valeurs actuelles où les amalgames succèdent aux contre-vérités, Marlène Schiappa (qui s’est excusée depuis, tout en maintenant ses propos) tire à boulets rouges sur ce qui menace nos démocraties. Elle pointe ainsi les terroristes islamistes.

Le problème, c’est qu’à cet ennemi elle en ajoute un autre : les familles, et notamment les familles de culture chrétienne.

Lire la suite

 
Vign_Fig_M-Bockcote

LES AMALGAMES DE LA GAUCHE MONDAINE

Mathieu Bock-Côté : Le Figaro du 23 février 2019

Interviewée par Valeurs actuelles, la ministre Marlène Schiappa en a profité pour s’en prendre avec une violence idéologique inouïe aux militants de la Manif pour tous, en les comparant aux islamistes, avec lesquels elle leur trouve quelques troublantes ressemblances. Certes, le commentaire est bête, et de ce point de vue, pas nécessairement surprenant de la part d’une ministre qui n’est pas la puissance intellectuelle dominante de son gouvernement. On pourrait aussi dire simplement qu’il est absolument odieux et fermer le dossier. Elle a d’ailleurs présenté des excuses embarrassées.

Il n’empêche.

Une telle déclaration est révélatrice de ce qu’on appellera la psychologie politique de la gauche mondaine et de son incapacité quasi congénitale à penser le désaccord politique autrement qu’à la manière d’un scandale moral.

Elle mérite qu’on s’y attarde.

Lire la suite

Contactez-nous : famillesderetz@gmail.com